Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Le château de Vendôme
une histoire douce-amère
Jean-Claude PASQUIER

Bonne page 2

   Le siège du château par Henri IV (novembre 1589)

   Le roi quitta Châteaudun le mercredi 15 novembre et gagna ce même jour Vendôme par la rive gauche du loir ; la ville et le château furent de suite investis. « Sa Majesté partit dudit Chasteaudun le 15 novembre et le même jour fit investir la ville la ville de Vendôme et le chasteau… Puis dès le jour même de son arrivée elle fit gagner les faubourgs [Saint-Bienheuré et Saint-Lubin] de ladite ville et départit Messieurs de Biron et d’Aumont, l’un d’un costé de la rivière, l’autre de l’autre avec les troupes de ladite armée ».

   Dans la journée du 16 (jeudi), le roi établit son quartier général au village de Meslay, dans le manoir qui précéda le château actuel. Sans même prendre le temps de s’installer en son logis de Meslay, Henri IV reconnut la ville et le château que le chroniqueur décrit comme en parfait état l’un et l’autre : « Estant la ville fermée d’un bon fossé plein d’eau et avec une bonne muraille garnie de flancs, en beaucoup de lieux de bons terrains derrière ; le chasteau est beucoup meilleur, estant sur le haut, ayant un bon fossé du costé de la campagne et un précipice du costé de la ville, la muraille bonne et défendue de bonnes et grosses tours ».

   Alors que les érudits du siècle dernier affirmaient l’état ruiné de la forteresse à cette époque, la chronique royale contredit ces affirmations, justifiant ainsi la nécessité d’un véritable siège tout en valorisant les troupes assiégeantes. La description sommaire des abords du château est en tous points conforme à leur état d’aujourd’hui.

   De nouveaux pourparlers furent engagés sans doute le vendredi 17 entre Duplessis-Richelieu et le gouverneur de la ville. Comme à leur première entrevue du 13, Maillé de Bénéhart désirait ardemment le retrait de l’armée royaliste mais refusait de rendre la place. L’obstination des habitants à ne pas vouloir se rallier et la résistance à ses troupes irritèrent fortement le duc de Vendôme. Se concertant avec ses maréchaux, ils se mirent d’accord sur la meilleure façon de reconquérir la capitale de son duché. En fin stratège, le roi décida l’attaque du château dont la prise entraînerait rapidement la chute de la ville […].


Prix de vente public : 27,00 € TTC