Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Éclats de vers, éclats de voix
Ronsard en ses provinces
COLLECTIF

Bonne page 1

   Extrait de Ronsard à l'heure du doute, par Jacques-Henri ROUSSEAU  

   Mais, pour peu qu'on se pique au jeu (au je...) ronsardien, qu'on se laisse entraîner par le flot de ses oeuvres complètes, on aura vite la surprise de découvrir, sous la carapace de l'homme engagé, du chevalier superbe, une âme sensible, presque fragile, infiniment humaine, pétrie de doute et de modestie. Tel est le paradoxe des grands hommes - leur supériorité peut-être - que de savoir avouer leur petitesse. Ronsard nous rappelle alors les chevaliers de pierre de la statuaire romane que les artistes ont représentés vulnérables, incertains...

   Pour Ronsard, l'homme se fait bien des illusions s'il croit maîtriser sa destinée. En effet, proclame-t-il :

  Le monde est le théâtre et les hommes acteurs,

   La Fortune, qui est maîtresse de la scène,

   Apprête les habits, et de la vie humaine

   Les Cieux et les Destins en sont les spectateurs.

   En gestes différents, en différents langages,

   Rois, Princes et Bergers jouent leurs personnages

   Devant les yeux de tous, sur l'échafaud commun.

                                                      [Pléiade II, 843]

                                  ... ainsi la farce humaine

   Au plaisir de Fortune, au monde se démaine.

                                                     [Pléiade II, 836]

   Il est donc dit implicitement ici que l'homme n'a point le choix de son rôle. Il est prédestiné et n'agit que par délégation. Lorsqu'il croit être libre, c'est qu'il est aveugle et devient le jouet de ses passions :

   Tandis que nous aurons des muscles et des veines

   Et du sang, nous aurons des passions humaines ;

   Car jamais autrement les hommes n'ont vécu.

                                                      [Pléiade II, 836]

   Bien avant Guy Béart et son célèbre Qui suis-je, qu'y puis-je en ce monde en litige, le poète vendômois constatait :

   Il ne faut espérer être parfait au monde :

   Ce n'est que vent, fumée, une onde qui suit l'onde.

                                                       [Pléiade II, 836]

 

 

 

 


Prix de vente public : 25,00 € TTC