Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Balades avec Edmond Rocher
Liliane BONIN

Bonne page 2

  

 
Le grand ami : Louis PERGAUD
  
Je voudrais, en quelques traits caractéristiques, esquisser cette curieuse et sympathique figure, tant physique que psychique.

   Grand et maigre, tout en ossature, Louis Pergaud laisse au souvenir une impression inoubliable.

   Dans une longue figure imberbe et pâle — à peine un soupçon de moustache dont il tiraillait les pointes aux instants de préoccupation — ses yeux noirs, mobiles et malicieux, luisaient gaîment, pour peu que l'atmosphère lui semblât sympathique. Un reste de finesse paysanne, marquée dans la sinuosité moqueuse de la bouche, décelait son goût pour l'anecdote joviale et le plus souvent corsée. De profondes verticales, courant de la joue au menton carré, enserraient la bouche et semblaient la faire avancer. Et, dominant l'ensemble du masque, le front, large et beau, donnait l'impression d'une saine intelligence ; c'était comme un meuble superbe où tout pouvait loger : la finesse native comme la culture la plus étendue, car, sous son air fruste, Pergaud déguisait un grand savoir.

   En causant, il secouait sa grande mèche de cheveux noirs, où déjà il neigeait, et, d'abondance, il contait, se racontait, devenait gaillard à l'occasion.

   Son grand rire bon enfant devenait alors farceur, avec une échappée sobre de sons laryngiteux, et c'était plaisir de le voir vivre, ce terrien cultivé, et s'acclimater peu à peu aux salons littéraires de la capitale.

   Mais nous avons tous connu — nous, ses amis — un autre Pergaud, avec sa physionomie d'auteur en représentation, timide, farouche, réservé et méfiant devant l'inconnu, et, devant une injustice, se murant de silence, le regard durci d'une flamme et la mâchoire serrée, comme prête à mordre [...].

   Louis Pergaud a dédié à Edmond Rocher son inoubliable Guerre des Boutons (1912). Il est mort au combat le 8 avril 1915, près des Éparges.

                                       

 

 

 

 

 

 


Prix de vente public : 18,00 € TTC