Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Un lycée dans la guerre
Jean-Jacques LOISEL et Jean-Claude PASQUIER

Bonne page 1

   La rentrée de 1942 :

   Cette nouvelle rentrée, la quatrième depuis le commencement des hostilités, fut, contrairement à la précédente (1941), fortement perturbée et difficile à mettre en place pour l’administration. Par suite de l’occupation partielle, mais bien réelle, des locaux du lycée par les Allemands, sa date fut repoussée, en effet, de quelques jours, au dimanche 4 octobre pour les internes et au lundi 5 pour les externes. La rentrée au collège fut encore plus problématique. Les bâtiments étant, cette fois, réquisitionnés, elle fut reportée à une date ultérieure qui serait publiée par voie de presse. Toutefois, les examens du certificat et du diplôme d’études secondaires étaient maintenus aux jours primitivement fixés, les 5 et 6 octobre. Parallèlement, l’école Saint-Denis des garçons fut occupée dans sa totalité ; celle-ci, avec retard, fut regroupée à l’école Saint-Denis des filles. De même, l’école de Saint-Lubin (garçons), elle aussi envahie, dut rejoindre celle de la Cormegeaie (filles).

   Le proviseur Vidal confirme : De graves ennuis nous attendaient pour octobre 1942 : quelques jours avant la rentrée, nous devons abandonner à l’armée occupante la moitié environ de l’établissement. Heureusement, on nous laisse la cuisine, le réfectoire et un dortoir ; cela suffit pour sauver l’internat.

   Le collège du Bellay est beaucoup moins bien partagé : il n’a même plus assez de place pour toutes les classes. Que faire ? Le lycée sollicité n’a pas le droit de se dérober. Il est devenu bien exigu, mais il peut encore accepter, à la rigueur, des externes. Il recevait déjà les collégiennes en philosophie et en mathématiques, il les admettra aussi, à titre exceptionnel, en 1ère, en 2e, en 7e et 8e. Ainsi, durant toute l'année 1942-43, la maison abrita d'un côté 300 adolescents ou enfants des deux sexes, et de l'autre autant de soldats allemands (...)  


Prix de vente public : 25,00 € TTC