Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Le Perche vendômois
Carnets de paysages et d’architectures
CAUE de Loir-et-Cher

Bonne page 2

  

Les fermes   


Les plus anciennes sont en bauge ou en pans de bois. Ces dernières se composent d'une structure en bois (essence locale, généralement du chêne) posée sur un soubassement maçonné en moellons (roche extraite du sol sur lequel on bâtit). Les vides entre les éléments de structures sont comblés par un maillage de petites tiges de bois - les palissons - à travers lequel on applique le torchis (mélange de paille ou de jonc et d'argile). Les constructions en bauge possèdent un soubassement en maçonnerie de moellons, sur lequel reposent des murs constitués d'un simple mélange de terre (argile) et de végétaux (paille, jonc ou plus rarement bruyère).
La plupart de ces bâtiments, principalement en bauge, trop fragiles, sont aujourd'hui fortement détériorés sinon entièrement détruits.

   En grande majorité, le bâti traditionnel rural encore existant, correspond à des constructions en maçonnerie de brique ou de moellons. Ces dernières, selon leur localisation, comportent un assemblage de grison, de silex ou de roussard, lié par un mélange à base d'argile et de limon, puis recouvert d'un enduit contenant sable de région, argile et chaux. Les encadrements de portes et les angles de ces bâtiments sont renforcés par un chaînage de briques ou de blocs de pierre taillée comme le roussard.

   Ces matériaux, les appareillages de pierre, les tuiles de terre cuite, les sables ferrugineux locaux avec la chaux naturelle donnent aux façades des tons très lumineux, allant du jaune pâle à l'ocre foncé. Ces couleurs constituent une des principales caractéristiques du bâti rural traditionnel du Perche (...).

 

 

 

 


Prix de vente public : 12,00 € TTC