Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Les peintures murales romanes
de la vallée du Loir
Christian DAVY, Vincent JUHEL, Gilbert PAOLETTI

Bonne page 2

   Localisation des peintures dans l'église [extrait du chapitre Les messages de l'image]

   (...) Il est aussi d'usage de dire que la peinture recouvrait la totalité de l'architecture. Cela est vrai dans la vallée du Loir où les vestiges, témoins des décors romans, se retrouvent dans les différentes parties de l'église, qu'elle soit paroissiale ou bien prieurale. Dans ces édifices souvent considérés comme secondaires par rapport aux lieux où se joue le pouvoir, laïc ou religieux, et se brassent les idées - car ils sont souvent très modestes -, le principe le plus simple de la nef unique prolongée d'un choeur plus étroit domine : il est en effet adopté dans plus de la moitié des cas. Il est donc normal que les peintures soient le plus souvent conservées dans l'abside du choeur ou sur les murs de la nef (environ un tiers de l'ensemble dans chacun des deux cas). De plus, près du cinquième d'entre elles subsiste également à la charnière de ces deux espaces qu'est l'arc triomphal. Cependant, dès que le parti architectural de l'église devient plus complexe, là aussi se retrouvent des témoins anciens. Les peintures de la crypte de La Madeleine de Châteaudun ont été découvertes à l'occasion de fouilles archéologiques tandis que le décor des bras du transept de la prieurale Saint-Gilles de Montoire est célèbre depuis plus d'un siècle et demi. Saint-Genest de Lavardin conserve des vestiges romans inédits dans sa tribune haute et des peintures de la même époque, récemment restaurées, à l'entrée de la chapelle terminant le bas-côté nord. Enfin, les traces des peintures qui achèvent de disparaître sur plusieurs parois de la chapelle troglodytique Saint-Gervais aux Roches-l'Evêque laissent imaginer un décor couvrant l'ensemble de ce lieu de culte original dont le plan, complexe, n'a pu être reconstitué à cause de l'effondrement d'une partie de la falaise dans laquelle il est creusé (...).




























                                   Lavardin, Saint-Genest