Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Des mots en culottes courtes
Alain QUILLOUT

Bonne page 2

   La batteuse

   La moisson achevée, la batteuse prendrait le relais. J'en serais.

   J'avais déjà entrevu ce genre de machine dans une cour d'été, aux abords de Montbel, entendu les espèces de plaintes qu'elle poussait en avalant les gerbes. J'aurais cette fois l'occasion d'avancer jusqu'à ses pieds et de pouvoir la regarder toute frémissante, bardée de courroies qui claquaient comme des fouets. On m'avait même confié une tâche :

   "Denis ! Tu apporteras à boire."

Battage à Mondoubleau 

   Je restai d'abord à distance, devinant, derrière un rideau de poussière tenace, des silhouettes d'hommes en mouvement. La poussière était semblable aux minuscules flocons d'une neige sale, ondulant au rythme de l'étrange ronronnement et couvrant tout de sa grisaille. J'eus presque peur lorsque l'"engreneur" me siffla. Il se pencha pour attraper le litre de cidre et la timbale que je tendais à m'en arracher l'épaule. On ne voyait plus que ses yeux au milieu d'un masque de sueur noire. Au-dessus, celui qui "déliait" les gerbes cessa de couper les cordes. Bras et jambes vibraient au rythme de la grosse Merlin. Il peina à boire. Plus haut encore, d'autres silhouettes jusqu'au sommet de la meule... Le litre fut lancé de place en place. J'étais déjà trop occupé à me frotter les cils pour en suivre l'itinéraire. Et plus je frottais, plus la poussière me piquait... Il y eut un bruit sur la botte de paille auprès de moi. La timbale rebondit d'un côté, le litre roula de l'autre. Il était vide.

   L'opération allait se renouveler deux autres fois dans la matinée. Garder le nez baissé, plisser les yeux, éviter le chemin des "porteux d'grain". A midi j'étais devenu un homme d'expérience. Expérience un peu brève pour échapper à la compagnie des femmes. Maman et la bonne, sans cesse debout à servir. Je mangerai avec elles, quand les hommes seront partis.

   L'année de mes quatorze ans, on m'a jugé capable de "délier". Couteau bien aiguisé, geste vif au ras du noeud, et de recommencer cent fois, deux cents fois, trois..., au rythme imposé par l'"engreneur". A l'arrêt de midi, je suis descendu de la batteuse en hésitant sur le sol ferme comme les marins au retour de la pêche. Mais j'ai ainsi gagné ma place à la table des "batteux". Quelle fierté ! [...]


Prix de vente public : 15,00 € TTC