Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Peintures murales
Quel avenir pour la conservation et la recherche?
Collectif

Bonne page 4

Christine LEDUC et Lorraine MAILHO : La restauration des peintures murales dans les Pays de la Loire entre 1985 et 2001 : bilan et analyses [extrait].

Répartition des différents types d'interventions

   Les interventions sur les peintures murales ont été réparties en trois principales catégories : les études préalables et sondages, les campagnes de dégagement et les restaurations. Les études préalables et les campagnes de sondages ne représentent que 17 % des interventions. Il faut rappeler ici que les études préalables ne sont obligatoires que dans les édifices classés au titre des MH. Chronologiquement ces opérations ont été les plus nombreuses ces dernières années ; en effet, plus de la moitié ont été effectuées depuis 1996 et plus particulièrement au cours des quatre dernières années. Cette tendance est donc conforme à l'organisation des travaux préconisée par le service des Monuments historiques qui privilégie les campagnes de sondages avant la restauration intérieure des édifices. Toutefois, il faut noter que ce type d'intervention a été très long à se mettre en place. Ces campagnes de sondages préalables aux travaux paraissent désormais de plus en plus systématiques dans les églises et ce quel que soit leur degré de protection.

   Les dégagements, qui représentent 35 % des interventions sur les peintures murales, furent nombreux dans les trois départements les plus riches en peintures murales, le Maine-et-Loire, la Sarthe et la Mayenne, qui se partagent plus de 85 % de ces opérations. Chronologiquement, ces interventions se répartissent de manière quasiment égale depuis 1985. L'étude permet donc de constater qu'il n'y a pas eu de moments plus propices aux dégagements que d'autres ou, au contraire, de diminution des campagnes de dégagement à certaines périodes.

   Enfin, l'essentiel des travaux sur les peintures murales a été consacré aux restaurations. Celles-ci représentent près de la moitié des interventions. Les données recueillies sur l'ensemble des sites ne permettent pas de faire précisément la part entre les opérations de stricte conservation et celles de mise en valeur. Les deux départements les plus privilégiés sont, comme pour les études et les dégagements, le Maine-et-Loire et la Sarthe, deux départements où les peintures sont les plus abondantes (...).


Prix de vente public : 50,00 € TTC