Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Dévotions populaires en Loir-et-Cher
collectif

Bonne page 4

Marcel GIRAULT : Une "maîtresse place", Aiguevive [extrait]

   (...) tous les saints Gilles n'avaient pas la même efficacité : à Veuves on s'accordait à reconnaître qu'on ne possédait qu'un petit saint Gilles et que le grand saint Gilles était à Aiguevive de Faverolles. C'était une maîtresse place, un sanctuaire dans lequel le saint aimait à être vénéré et où, sans doute en manière de reconnaissance, il se révélait plus généreux, accordant plus largement ses grâces. Pour ceux du diocèse qui s'en trouvaient trop éloignés, il y avait Villedômer (Indre-et-Loire, canton de Château-Renault) qui était aussi une maîtresse place.

   Il y avait donc des sanctuaires-phares autour desquels rayonnait le culte du saint. Parfois, afin de s'épargner les longues distances, autrefois parcourues à pied, on installait chez soi, dans l'église paroissiale proche de son domicile, une statue du saint à laquelle on s'adressait pour les affaires urgentes ou de faible importance, réservant à la maîtresse place les cas les plus graves et les causes désespérées.

   Ainsi, le sanctuaire égidien qui, dans le diocèse de Blois, jouissait de la plus grande renommée était indiscutablement celui d'Aiguevive sur le territoire de Faverolles-sur-Cher, autrefois du diocèse de Tours. On y venait de fort loin, affirme le desservant en 1840, même de Saint-Calais et de Tours. Il y avait là une abbatiale dédiée à Notre-Dame, dont il ne subsiste que les murs, en grand péril depuis que la foudre est tombée sur le clocher. Au début du XXe siècle, la chapelle méridionale était encore close, saint Gilles y avait sa statue et on y célébrait le culte. Mais, le vitrail qui fermait la fenêtre a disparu, la statue, déposée dans l'église de Faverolles, a été volée, et il ne subsiste plus là qu'une fresque dont nous reparlerons. Pourtant, le pèlerinage continue et, ces dernières années, grâce à une équipe de prêtres dynamiques, il est en extension même si on n'y compte plus les milliers de pèlerins de temps révolus (...).


Prix de vente public : 20,99 € TTC