Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Histoire du Vendômois
Histoire du Vendômois
collectif

Préhistoire

L'ancienneté du Néolithique en Vendômois 
Extrait du chapitre Les temps préhistoriques
par Jackie DESPRIÉE
   
   Le groupe de Villerable-Marcilly

   D'importantes séries de silex taillés ou polis et de tessons de poteries ont été ramassées en surface dans les communes de Huisseau-en-Beauce, Villiersfaux, Thoré-la-Rochette, Marcilly-en-Beauce et Villerable [Nouel (abbé), 19&&]. Des sondages effectués sur la butte de Poulines dominant la Brisse ont confirmé la présence sous les labours de restes de fosses contenant des céramiques brisées et correspondant vraisemblablement à des habitats. Le site a livré également une abondante industrie en silex comprenant des lames et des lamelles, des pointes de flèches, des armatures de faucilles, des burins d'angle, des perçoirs..., et des bracelets de schiste [Bailloud, 1971; Bailloud et Cordier, 1987].

   Les vases n'ont pu être reconstitués mais leurs formes hémisphériques et leurs décors incisés, linéaires ou rubannés caractérisent des groupes culturels qui avaient des affinités avec plusieurs cultures du Néolithique ancien décrites dans le Limbourg, en Normandie et dans le Bassin parisien. Tous ces témoins sont rapportables au Néolithique ancien de tradition danubienne et l'on estime que des paysans se seraient installés dans la vallée de la Brisse dès le VIe millénaire av.J.-C., vraisemblablement entre 5500 et 4800 [Voruz, 1991], le mélange des témoins archéologiques empêchant de préciser d'éventuels échanges entre groupes voisins arrivés en Vendômois ou de démontrer une succession de groupes de colons appartenant aux divers courants danubiens. La présence de certains tessons, qui dateraient de la transition avec la période suivante du Néolithique moyen, confirmerait des occupations du site sur une longue durée.

   Par comparaison avec les résultats de fouilles plus importantes menées sur d'autres sites identiques comme celui de la Vallée-aux-Fleurs à Fossé (Loir-et-Cher), ces recherches effectuées dans la vallée de la Brisse confirment l'importance des habitats installés sur les reliefs calcaires au-dessus des zones palustres et à proximité de sols limoneux nécessaires à l'agriculture des diverses espèces de blé et d'orge qui demandaient des terres travaillées. Les vastes marais permettaient l'élevage du petit boeuf des tourbières et la chasse de l'aurochs, du cheval sauvage, des gibiers d'eau, des oiseaux... Les villageois trouvaient dans l'environnement immédiat du bois, des marnes et des roseaux nécessaires à la construction de leurs habitats ; des matériaux pour l'artisanat [...].

[Ce n'est qu'un instant de la préhistoire vendômoise : il vous tarde sans doute de savoir ce qui s'est passé pendant des millénaires, avant et après...]


Prix de vente public : 50,00 € TTC