Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Histoire du Vendômois
Histoire du Vendômois
collectif

Moyen Âge

Une société renouvelée 
Extrait du chapitre Entre crises et renouveaux XIVe-XVe siècles
par Christophe MARION

   La société urbaine connut un dynamisme certain durant les XIVe et XVe siècles qu'il ne faudrait tout de même pas surévaluer. Ses investissements ruraux furent limités pendant la guerre, se concentrant jusqu'au retour de la paix dans une zone périurbaine peu étendue (les Mingres achetaient, par exemple, le fief d'Orgis dans la paroisse de Villerable) ou sur les terres récupérées par Bouchard VI à la suite de l'échange avec le comte de Blois [...].

    La famille Lespine connut une ascension sociale fulgurante. Peut-être originaire de la région mancelle, elle fut probablement attirée dans le Vendômois par un comte à la recherche de fonctionnaires compétents. Pierre de Lespine, au début du XIVe siècle, était qualifié de maître et possédait une maison à l'intérieur de l'enceinte du château de Montoire, comme tout bon serviteur comtal, soldat ou praticien. En 1344, Johannis de Spina était qualifié burgensis de Vindocino. Vers le milieu de ce siècle, un rapide regard jeté aux possessions familiales est éloquent : le lignage possédait de belles métairies ou seigneuries près de Vendôme (les Perles, la Grève, Meslay, Nioche, etc.) ou en pleine Beauce vendômoise, région jusqu'alors réservée à l'ancienne chevalerie (Mihaudouin, Villebazin, Berthault, Mézières, etc.). L'ascension familiale passa par un anoblissement de Jean le Bon [...].

   À la différence des Lespine, les Malon ne semblent pas s'être préoccupés de noblesse avant la fin du XVe siècle. Leurs alliances matrimoniales furent tournées vers la bourgeoisie et leurs activités furent dominées par le service du comte ou du roi. Tout au long du XVe siècle, on retrouve des membres de la famille tabellion de Vendôme (Colin), procureur du comte (Mathurin) ou grenetier à sel de la ville établi par le roi (Mathurin toujours). Ce service sans failles fut récompensé par Louis XI, de passage à Amboise, qui anoblit Jehan Malon et toute sa famille en 1466. Avec cet anoblissement royal, Jehan dut sacrifier au caractère militaire de son nouveau statut : on le voit se présenter en armes à Baugé, comme tout noble relevant de l'Anjou devait le faire. Malgré tout, nous ne voyons pas la famille abandonner la résidence urbaine pour "vivre noblement" en suivant les armes et en résidant dans un manoir fossoyé de la campagne vendômoise [...].

[Grâce aux recherches de C. MARION, la société vendômoise du dernier siècle du Moyen Âge commence enfin à sortir de l'ombre]


Prix de vente public : 50,00 € TTC