Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Les oiseaux du Loir-et-Cher
COLLECTIF

Bonne page 2

   Râle d'eau [Rallus aquaticus]

   Espèce gibier

   En automne, la surveillance attentive de la bande de vase découverte devant la lisière de roseaux de l'étang vous donnera de bonnes chances d'apercevoir ce rallidé au bec rouge allongé qui a vite fait de regagner l'abri de la végétation à la moindre alerte. Au printemps, ses cris de porcelet que l'on égorge trahissent sa présence invisible, dans le dédale des marais.

   Les rives et queues marécageuses des étangs, surtout solognots, où l'eau est peu profonde, sont les milieux les plus recherchés. Les nicheurs réguliers y paraissent cependant peu nombreux. Le cantonnement, révélé surtout par les cris, est aussi plus ponctuellement enregistré sur les reliquats de marais des vallées du Loir, de la Braye, de la Grenne, du Cher, ainsi qu'en Beauce dans les roselières des vallées de l'Aigre, de la Cisse et de la Sixtre. L'effectif départemental n'est probablement que de quelques centaines de couples.

   Les informations recueillies sur sa nidification demeurent parcimonieuses eu égard à sa vie cachée. Des nids avec oeufs ont été trouvés entre avril et début juillet, suggérant plusieurs pontes et une nichée précoce signalée début avril. Son alimentation comprend surtout une large gamme d'insectes aquatiques et leurs larves, complétées selon les occasions d'alevins.

   En période internuptiale la plupart des sites fournissent des contacts en l'absence de gel plaidant pour la sédentarité des reproducteurs. Le plus grand nombre de localités d'observation souligne également l'apport d'oiseaux exogènes entre mi-août et mi-mars avec une fréquence plus forte en octobre, tandis que le froid provoque des mouvements hivernaux.

   Plus répandu au début du siècle, au moins dans le nord du département, Tristan, pour la Sologne, remarque déjà une fréquence hivernale plus forte.

   On ne doit, bien sûr, pas le confondre avec le Râle des genêts ; et la meilleure façon d'éviter toute confusion, c'est encore de lire le livre...