Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Les oiseaux du Loir-et-Cher
COLLECTIF

Bonne page 3

   Outarde canepetière [Otis tetrax]     Extrait

   Espèce protégée

   Au-dessus de la plaine, une silhouette de canard décrit une large boucle d'un vol rapide qui siffle, entrecoupé de planés. La blancheur des ailes frappe le regard. Après l'atterrissage, derrière les herbes, un cou bariolé de noir et blanc se dresse puis se gonfle et l'outarde émet un son bref comme un "pet" accompagnant aussi ce chant de sauts de danses où la blancheur des ailes se révèle encore.

   Les premières outardes canepetières nous reviennent de leurs quartiers d'hiver espagnols à la fin de mars et ce retour s'étale jusqu'au début de mai. Elles recherchent les espaces herbacés ouverts, faiblement boisés, sur substrat calcaire, appréciant la diversité culturale.

   Seules les quatre communes du Boischaut nord (Maray, Saint-Loup, Saint-Julien-sur-Cher et La Chapelle-Montmartin) ont permis le maintien régulier de l'outarde sur le département avec un glissement du peuplement vers l'ouest depuis une quinzaine d'années suite à la déprise agricole et à l'enfrichement des terres. De treize mâles en 1987, il n'en subsiste qu'irrégulièrement un ou deux ces dernières années. Ce noyau se prolonge dans le département voisin de l'Indre et fait l'objet d'un suivi précis et de mesures de conservation de l'habitat depuis plusieurs années ayant permis d'améliorer le succès de la reproduction. Après les parades spectaculaires, la femelle dépose dans une dépression du sol sa ponte de deux ou trois oeufs dans la deuxième quinzaine de mai. A peine un peu plus d'un jeune par nid atteindra l'envol, nourri principalement de sauterelles tandis que l'alimentation des adultes repose davantage sur les végétaux en particulier les crucifères et les légumineuses. Dans le courant de l'été, les oiseaux se regroupent, autrefois en grand nombre, puis quittent la région entre fin septembre et mi-octobre, exceptionnellement plus tard. Le suivi satellitaire indique les plateaux du centre de l'Espagne comme destination hivernale.

   De longue date, même Buffon le signale, la plaine de Beauce a constitué le bastion départemental (...).