Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Le pays de Racan
Le pays de Racan
Jean-Jacques LOISEL

Ce qu'ils en pensent


Préface d'Henri ZAMARLIK
maire de Saint-Paterne-Racan
[extrait]


     Où se situe le pays de Racan ? Beaucoup répondraient : au fin fond de la Touraine. ce n'est pas le fin fond - avec une connotation d'impasse, de "reculée" - mais un carrefour : au contact de trois provinces (Maine, Anjou, Touraine), de trois départements (Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Sarthe), lien entre deux vallées prestigieuses, la Loire et le Loir, le pays de Racan est ouvert. D'où la richesse de son histoire, matérialisée par un maillage de monuments de toutes époques : chaque siècle a laissé sa marque et le souvenir de ses plus illustres habitants.
   Honorat de Bueil symbolise à merveille une petite contrée dont tous les points peuvent être joints en une journée de marche ou de cheval. Le "bonhomme Racan" cachait sous des dehors un peu "patauds" une des plus fines plumes poétiques de la France classique. Blasé des futilités courtisanes, il eut tôt fait de leur préférer les images de la campagne au bord de l'Escotais, le spectacle des moissons ou des vendanges. Lui qui se définissait comme "paresseux" fut un grand travailleur. 





   Ferme 
de Thoriau 
  (Neuillé)

   






   Ce goût du labeur - commun à des générations de ruraux en Gâtine tourangelle - fut partagé par d'autres belles figures du pays de Racan : les industriels Moisant et Hilarion, les médecins Velpeau et Blanchard, le champignonniste Berson, l'arboriculteur Perdriau, etc. [...]
   Au fil de ce livre, l'industrieux pays de Racan s'offre comme un loisir, une promenade où alternent pages d'histoire, de littérature et de découverte artistique. Sa riche iconographie invite à venir admirer sur place le patrimoine naturel et culturel du pays qu'aimait tant Honorat de Bueil.

Texte de M. Gérald ANTOINE*
membre de l'Académie des Sciences morales et politiques
à ses collègues.


   Je dépose sur le bureau de l'Académie un ouvrage aussi modeste que plein de charme : Le pays de Racan, publié par Jean-Jacques Loisel aux Éditions du Cherche-Lune à Vendôme. 175pages grand format, richement illustrées.
   La renommée de Racan, auteur de très gracieuses Bergeries, n'a pas connu l'éclat qu'elle méritait, victime de l'ombre que lui porte son maître Malherbe. Et pourtant, sans les Mémoires pour la vie de Malherbe qu'a composés Racan, nous serions moins à l'aise pour parler du premier théoricien de l'art classique.
   On peut en dire à peu près autant du Pays de Racan [...]. L'éclat du "Jardin de la France" a fait de l'ombre à sa bordure sise au carrefour de trois provinces : Anjou, Maine et Touraine.
   Ainsi est-ce un devoir de double réhabilitation qu'accomplit l'auteur : celle d'un poète et celle d'un "pays" également attachants. Celui-ci est regardé sous ses divers aspects : historique, littérature, arts plastiques, sans négliger tous les visages de la nature rurale.
   De l'histoire je détacherai un volet anecdotique auquel il est fait belle et bonne place : la comédienne Louise de La Vallière, jeune maîtresse du jeune roi Louis XIV, tourangelle de naissance, avait passé son enfance au manoir familial de La Vallière, baigné des eaux de la Brenne. Le roi en fit un duché et fit de Louise sa duchesse au coeur d'une contrée dont Racan demeure le prince. Oserai-je donc vous recommander d'aller visiter le château de La Vallière, toujours ouvert, avec Le pays de Racan sous votre bras.


* L'attachement de M. Gérald ANTOINE pour notre région n'est pas pour surprendre si l'on se souvient qu'il fit au lycée Ronsard de Vendôme ses premiers pas dans la carrière professorale et qu'il fut plus tard le premier recteur de l'académie d'Orléans-Tours.

Vers la mi-octobre 2008, M. Joseph BECCARIA, un de nos plus anciens et fidèles lecteurs, nous a écrit ces quelques mots sur une carte de visite :
"M. Joseph Beccaria avec ses compliments pour "Le pays de Racan", que j'ai parcouru à vélo ! Super. Cordialement, et continuez."
   Le plus beau compliment est certainement d'avoir fait confiance à ce livre, enfourché la bicyclette et vérifié sur le terrain que le pays de Racan vaut vraiment le tour et des détours. Un bon exemple à suivre ! On peut aussi prendre sa voiture et se promener à pied... 

Dans son édition du jeudi 6 novembre 2008, La Nouvelle République du Centre-Ouest consacre un article plutôt élogieux à l'ouvrage.
Télécharger l'article

Écoles normales supérieures, bulletin n° 2, 2008

   
                          Il est bon de s'interroger sur ce qui pourrait bien être une petite injustice: pourquoi le "pays de Racan" est-il si méconnu des touristes et même de nombreux Tourangeaux ? Cette jolie et attachante contrée est un peu à l'image de son illustre poète éponyme : Racan, membre de la première cohorte des Immortels, une des plus fines fleurs de la poésie classique, s'est toujours maintenu discrètement dans l'ombre de son maître Malherbe. Voici un peu plus d'un siècle seulement qu'un universitaire passionné a soulevé le couvercle de l'oubli qui couvrait la vie et l'oeuvre d'Honorat de Bueil.
   Une des missions des historiens est de contribuer à rétablir des équilibres rompus par le poids du temps, la valse incessante des modes littéraires ou artistiques. Maintenir plus longtemps Racan et son oeuvre dans un oubli quasi-total serait bel et bien une injustice : certains de ses vers méritent de figurer dans toute anthologie de la poésie française, notamment ceux qui célèbrent les beautés de la campagne tourangelle.
   Ce livre s'adresse à tous ceux qui souhaitent éprouver à leur tour le charme — au sens fort du terme — de cette petite région, auquel racan a succombé voici quatre siècles. Grâce à une iconographie aussi soignée que diverse, il offre aux Tourangeaux un vade mecum pour (re)découvrir et faire connaître à leur tour des horizons qui sont les leurs. Il invite les habitants des régions voisines (Anjou, Maine, Vendômois) à transgresser les "frontières" administratives : avec cet ouvrage, ils feront en pays de Racan une exceptionnelle moisson patrimoniale.


   Comme il l'a fait pour Ronsard et Balzac avec le Vendômois, l'auteur s'est intéressé à certains aspects de l'œuvre du poète Racan dans sa relation avec l'histoire régionale. Honorat de Bueil, le futur poète, était issu de la branche cadette d'une illustre famille et se destinait au métier des Armes. Mais malgré la période troublée, l'enchaînement des événements ne lui permit pas d'y prouver sa vaillance. Il eut la sagesse de reconnaître qu'il était plus habile à faire des vers qu'à commander une troupe. Disciple de Malherbe, membre de l'Académie Française dès 1636, oublié par les générations qui ont suivi, cette fine plume poétique de la France classique partagea son temps entre Paris et sa Gâtine tourangelle, où il était né et où il mena la vie d'un gentilhomme campagnard.
   À cheval sur trois départements, carrefour des routes entre Maine, Anjou et Touraine, riche d'une préhistoire et d'une histoire qui bien souvent se confond avec l'histoire de la France, riche aussi de l'intelligence et du labeur de ses habitants dont bon nombre au cours des siècles ont marqué leur temps par leurs initiatives ou leurs découvertes, le "Pays de Racan" s'offre au fil de ce livre, où alternent pages d'histoire, de littérature et de découvertes artistiques, comme une invitation à venir admirer sur place son patrimoine naturel et culturel.
Marie-Rose POUILLARD 


Prix de vente public : 24,00 € TTC