Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


En Petite Beauce
1900-1960
Gérard MARMION

Bonne page 1

Le lavoir


   Sur la berme sont rangées les brouettes et voitures à bras utilisées par les laveuses pour transporter les bassines de linge. Le lavoir du Virage a vu défiler des générations de laveuses. La main de l'homme l'a creusé vers 1830. À cet endroit, il était facile d'alimenter le bassin en eau, grâce à plusieurs sources se regroupant pour former le petit ruisseau, probablement détourné. Pendant longtemps, le lavoir a été recouvert d'une sorte d'auvent, puis un bardage de planches a été ajusté sur le pourtour. Avec l'apparition des machines à laver, le lavoir perdra ses laveuses et son animation.


Le petit bistrot du "carroué"


   
   En face, un petit café renommé. Nombreux sont les clients qui, à la sortie des usines, s'y arrêtent pour se désaltérer et saluer les copains. La salle n'est certes pas bien grande, plutôt basse de plafond, enfumée par le tabac. C'est à peine si l'on distingue les joueurs de cartes, attablés pour d'interminables parties de chouine et de coinchée. Le vendredi soir, au retour du marché de Vendôme, il est de tradition pour certains cultivateurs de faire halte, eux aussi, à Tournebride. Il est parfois heureux que le brave cheval attelé à la carriole connaisse le chemin pour regagner la ferme... Les tenanciers du troquet, aimables et gais, ne sont pas regardants à offrir une chopine ou un casse-croûte pour éponger un peu du liquide dont certains ont abusé : la "bistrote" a vite fait d'apporter le pain de quatre livres, le pot de rillettes et un fromage, bien fait de préférence. Il n'est pas assuré que les propriétaires, malgré de longues journées de travail, fassent un gros bénéfice...