Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


En Petite Beauce
1900-1960
Gérard MARMION

Bonne page 3

Le bal clandestin du Petit-Roux


   Durant les sombres années de l'occupation allemande, de 1940 à 1944, rares sont les festivités en général et les bals en particuliers. De plus, un couvre-feu impitoyable est imposé. Il ne fait pas bon sortir la nuit, après l'heure déterminée par la Feldgendarmerie. L'histoire suivante, racontée par des témoins, aurait pu se terminer en véritable tragédie.
   La jeunesse, avide de sorties et de danses, se rend à bicyclette ou à pied à des bals clandestins organisés dans des lieux isolés, loin des routes trop passagères, afin de ne pas être surpris par les patrouilles allemandes sillonnant la campagne. Ces bals se déroulent le plus souvent dans des granges ou des greniers aménagés pour la circonstance, avec parfois pour toute lumière des lampes à pétrole ou à carbure, l'électricité n'étant pas installée partout. Certains rendez-vous de danses ont lieu aussi le dimanche après-midi, seul jour de repos.

   Ainsi, les jeunes de Faye et des environs se retrouvent, la nuit du 14 au 15 juillet 1944, dans un grenier de la ferme du Petit-Roux, à quelques hectomètres de la route de Vendôme à Oucques. Un tout jeune accordéoniste de seize ans, originaire d'Oucques justement, anime la soirée. Son frère aîné récupère quelques pièces de monnaie pour couvrir les menus frais engagés. Les jeunes sont venus très nombreux et tout se déroule dans l'ambiance que l'on devine.
   Vers deux heures, plusieurs garçons et une fille décident de rentrer chez eux aux alentours de Selommes, à quelques kilomètres. Ils empruntent le chemin du Bouchet, situé près d'une fosse entourée de gros peupliers au lieu-dit le Paradis. Mais ils tombent nez à nez avec une patrouille allemande aux véhicules tous feux éteints. ils tentent de prendre la fuite ou de se planquer derrière les gros arbres : à ce moment, les Allemands tirent une rafale de pistolet mitrailleur. La jeune fille est blessée au bras et les jeunes se rendent [...].















 Selommes libérée en août 1944