Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


En Petite Beauce
1900-1960
Gérard MARMION

bonne page 5

Les bals-parquets ambulants


   Pour les communes visitées dans ce livre, c'est le bal Faucheux qui a la cote pendant près d'un demi-siècle. M. Faucheux installe son premier bal-parquet en 1920. Il investit en même temps dans l'achat de deux camions Berliet, un à benne et l'autre à plateau, véhicules militaires rescapés de la guerre de 14-18 : du solide à l'évidence, mais la conduite et le confort laissent à désirer, les engins sont encore munis de roues à bandages. M. Faucheux, en plus de son travail de montage, est musicien de l'orchestre, excellent batteur ; les soirs de bal, sa jeune épouse tient la caisse. L'entreprise prospère assez vite et peu avant la guerre de 39-45, le couple Faucheux dispose de sept bals-parquets.
   Malheureusement, dès la déclaration de guerre les assemblées sont supprimées. M. Faucheux loue un de ses grands parquets comme abri pour une cantine. Celui-ci est installé dans la cour de la conserverie du Clos du Verdet, rue du 20e Chasseurs à Vendôme. À l'arrivée des Allemands en 1940 il est entièrement détruit par un incendie et le camion de transport très endommagé. En 1941, M. Faucheux est réquisitionné par les occupants avec son camion-benne pour le transport de matériaux. Certaines communes font appel au baliste pour des après-midis récréatifs dont les bénéfices sont destinés à l'achat de denrées pour les colis aux prisonniers de guerre. Hélas, en 1943, M. Faucheux, ancien combattant et blessé de guerre de 14-18, voit sa santé se détériorer subitement et meurt, laissant son épouse avec cinq enfants [...].
















 Bal-parquet "Clair de lune"