Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Naveil, pages d'histoire
Claude et Liliane BONIN

La villa gallo-romaine de Tourteline

Léon Quenioux 
instituteur
 infatigable chercheur  

 
   Une nouvelle série de fouilles sur le site a lieu à l'automne de 1924 et L. Quenioux en fait un rapport à la séance du 22 janvier 1925 de la Société archéologique. Il était accompagné cette fois par M. Chalopin et sa femme, fille de S. Neilz de Lubidet. Les pelles et les pioches remuent la terre et les chercheurs découvrent une aire de ciment de plus de 15 mètres de longueur ; il s'agit d'une salle, que L. Quenioux qualifie de "luxueuse" et de sa piscine :

  
"Je dis luxueuse, car elle était pavée de marbre, grands pavés de 0, 54 m de chaque côté, la coudée romaine de la région... Quatre de ces pavés se sont présentés à notre admiration lorsque nous les avons dégagés sous la terre de la chevaille qui les recouvrait. Deux sont de marbre bleu veiné de rose, deux autres sont divisés par des diagonales et comprennent deux triangles de marbre bleuté et deux de jaune. Leur alternance reproduisait la disposition d'un damier (Malheureusement, les pavés sont fragmentés en de nombreux morceaux dont aucun n'a plus de surface que la paume de la main.).



   "La salle au pavage de marbre contenait vers l'ouest un bassin de forme hexagonale avec marches de descente et qui nous semble être une piscine de bain, à moins que ce ne soit qu'un petit impluvium d'appartement, celui qui se trouve généralement dans l'atrium. Mais alors, pourquoi aurait-il des marches ?... L'ouverture du bassin a 2,38 m de diamètre... La profondeur est de 0,53 m au dessous du béton de la salle, cela ferait 0,60 m environ si l'on ajoutait le marbre supérieur aujourd'hui détruit. Chacun des côtés comprend deux marches, ce qui fait trois pas à descendre jusqu'au fond. Elles sont très étroites, 0,13 m seulement... Tout le fond du bassin ainsi que le dessus et le devant des marches étaient revêtus de marbre blanc... Le dallage du fond est presque complet, trois côtés de marches sont en bon état."
  
L. Quenioux émet ensuite l'hypothèse que l'eau qui alimentait la piscine devait provenir de la Fontaine de Brénière et fait référence à la découverte par Maxime Noël de cette conduite et du tuyau de plomb de 6 cm de diamètre. [...]

[...] deux fragments de statue en marbre blanc ont été découverts : un pied humain gauche, et le milieu d'un membre inférieur droit, c'est-à-dire partie de la cuisse et partie de la jambe. Rien ne permet d'affirmer que ces morceaux appar-tiennent à la même statue. Sur le premier fragment sont figurés deux pattes d'oiseau et un serpent. L. Quenioux cherche à connaître la signification de ces symboles, il interroge le commandant Espérandieu, conservateur du Musée des Mines, et qui a fait des fouilles sur le site supposé d'Alésia. Celui-ci, informé de la présence de la source de Brenière près de Tourteline, pense que la piscine découverte se trouvait dans un temple et que la statue pourrait représenter Apollon, dieu de source. Un temple dédié à Apollon à Tourteline ? La question reste sans réponse. [...]





Prix de vente public : 26,00 € TTC