Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Naveil, pages d'histoire
Claude et Liliane BONIN

Naveil et la vigne

Un village de tradition vigneronne

Maudit soit le hirbet !

   La vigne est une culture exigeante qui demande des soins constants et elle est sensible aux maladies et à certains ravageurs. En 1769 et 1787, on a fait des cérémonies d'exorcisme dans le vignoble victime d'un insecte appelé "urbec" ou "hirbet", coléoptère qui pond ses oeufs sur les feuilles de vigne et les détruit. Neilz décrit la procession : "le prêtre s'arrête devant les ceps mutilés par le urbec ou coupe-bourgeon, il fait une aspersion d'eau bénite invoquant Dieu pour chasser les affreux insectes." François Latron parle d'un autre nuisible, une teigne, papillon du genre pyrale dont la chenille s'attaque à la grappe. Dans son journal, il donne, année par année, les rendements de la vendange et le prix du vin. Le curé Regnard ne peut s'empêcher dans ses bilans de fin d'année de faire référence à ce qui touche le plus ses paroissiens, la culture de la vigne. En 1720, il écrit : "l'année a été une des plus abondantes  qu'on ait jamais vue, soit en bled, en chanvre..., et vin surtout, tellement qu'on a été obligé d'en mettre dans les cuves." Les tonneaux étaient tous pleins, mais l'invénient c'est que, cette année-là, "le vin a été bien petit", c'est-à-dire qu'il ne valait pas grand chose. [...]


  1893 pour le vin, l'année du millénaire ?

Ouvrez le ban !

   Le ban de vendange (date donnant l'autorisation de vendanger) était publié par "l'autorité locale". Le garde champêtre et des propriétaires de vignes visitaient le vignoble au début de septembre et faisaient un rapport au maire qui décidait alors de l'ouverture du ban de vendange. Neilz exprime son mécontentement et regrette que "l'autorité locale continue à substituer sa prétendue sagesse à la prétendue incapacité des vignerons qu'on reconnaît habiles pour obtenir de bons produits mais non pour discerner le moment propice de la récolte." Les bans de fauchaison et de moisson avaient été abolis à la Révolution mais la persistance du ban de vendange suscitait la colère des vignerons car il était généralement publié quand les cépages hâtifs étaient déjà endommagés ou perdus. [...]



Le phylloxéra


   En septembre 1877, une "commission du phylloxéra de l'arron-dissement de Vendôme" fut créée : elle était chargée d'étudier les moyens de combattre le phylloxéra ; aucun Na-veillois n'en faisait partie au début, mais on note ensuite la présence de Beaumetz, maire de Naveil, et de deux autres vignerons de la commune. Le Loir du 30 décembre 1877 (onze ans après le début de l'invasion !) signalait des taches phylloxérées sur un hectare au Crochet, lieu-dit entre la Vove et la Bouchardière. [...] En mai [1878], un nouvel arrêté préfectoral interdit l'exportation de cépages ou plants de vigne provenant des communes d'Areines, Villiers, Sainte-Anne, Vendôme et Naveil. La lutte ne cessa pas mais elle piétinait et on ne savait que faire contre le fléau. Le 29 novembre 1880, une circulaire préfectorale demanda aux maires de "former un comité local pour surveiller le vignoble et signaler les faits qui seraient de nature à présenter des dangers au point de vue de la propagation du phylloxéra." L'année suivante, en février, un arrêté de Buffereau, maire de Naveil, nomma six vignerons pour faire partie de la commission locale. À cette époque, près du tiers du vignoble avait déjà été détruit. [...]

  La coopérative de Villiers-Naveil, une institution...


Prix de vente public : 26,00 € TTC