Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Chronique des Cavaignac
Pierre GIVAUDON

Volume 1 "Jean-Baptiste"

En poste à Naples

   Quand Jean-Baptiste arriva à Naples, les meilleures places étaient déjà occupées. L’Empereur avait envoyé des proches pour avoir des ministres de son choix. Reynier eut le portefeuille de la Guerre, Saliceti la Police, Miot l’Intérieur et Rœderer les Finances. Il fallut trouver une place à Jean-Baptiste. Le roi Joseph créa pour lui une administration des Domaines et de l’Enregistrement, y rattacha les Eaux et Forêts et le nomma directeur du tout. Cette administration relevait de Rœderer et Jean-Baptiste dut s’en accommoder ! Le 1er juillet 1806 il écrivait à Juliette : Le Roi m’a nommé directeur général des Domaines et de ceux de la Couronne. Jean-Baptiste se mit au travail. Je travaille de cinq heures du matin, jusqu’à six heures du soir et très souvent après dîner. Même écho en août : J’ai reçu hier tes dix pages. Je voudrais pouvoir te répondre […], j’en suis empêché par un travail extraordinaire.

   J.-B. Cavaignac, conseiller d'État du royaume de Naples

   Dans ses lettres il pressait Juliette de le rejoindre et lui faisait un tableau assez enchanteur de Naples, de son climat et de la vie qu’elle y mènerait : Tu rêvais de m’entendre parler italien, on me comprend très bien […]. Il y a ici une infinité de personnes de ma connaissance. Les dames arrivent journellement […]. Mon choix est fait depuis longtemps, toi et mes enfants. Le reste est secondaire […], l’automne est charmant […]. Hier j’étais prié à un grand gala […], nous avons trois théâtres d’amateurs et souvent des bals […]. Il est d’usage ici que la veille de Noël on fasse des présents à ses protecteurs, j’ai la maison pleine de chapons, de poissons, de gibier, de confits, de liqueurs. À l’occasion il se faisait même taquin. Ainsi en juin 1806 : Je présume que tu es déjà à la campagne. Je te vois d’ici tous les dimanches au bal de Sceaux bien contente de n’avoir pas un mari grondeur à tes trousses.

   J.-B. Cavaignac reste en poste sous le règne de Murat


Prix de vente public : 39,00 € TTC