Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Chronique des Cavaignac
Pierre GIVAUDON

Volume 3 "Ourne"


Godefroy, bientôt député de Saint-Calais


   Les comités se réunirent dans les cantons. Il y eut des réunions publiques au Grand-Lucé le 8 février et à Saint-Calais le 12. À Saint-Calais Pichard et Charbonnier s’agitaient, au Mans Cordelet soutenait Godefroy, mais restait prudent. À Saint-Vincent-du-Lorouër le maire, Renard, était le plus actif des soutiens de Godefroy. On placarda des affiches et on fit du porte à porte pour distribuer les professions de foi des candidats. L’arrondissement frémissait. Le 17, L’Anille, le journal de Saint-Calais, qui soutenait le docteur Charbonnier, annonçait en première page : Notre ami le docteur Charbonnier nous prie d’annoncer qu’il ne pose pas sa candidature, ne voulant pas diviser le parti républicain. Il prie ses concitoyens des cantons de Saint-Calais et de Bouloire, et toutes les personnes de l’arrondissement qui lui ont témoigné leurs sympathies, de vouloir bien agréer l’expression de sa profonde reconnaissance et il publiait la profession de foi de Godefroy :
 

   Messieurs et chers concitoyens,
   L’élection sénatoriale du 8 janvier a laissé un siège de député vacant dans l’arrondissement de St-Calais ; appelé par la grande majorité de vos réunions cantonales, je me présente à vos suffrages, et je viens vous dire en quelques mots quelles idées j’irai représenter à la Chambre si j’étais élu.    
   Profondément dévoué aux idées républicaines et démocratiques, j’estime que la seule politique généreuse est celle qui poursuit la réalisation la plus complète possible des principes d’égalité, et je pense que la République est la seule forme du gouvernement qui puisse assurer au progrès une marche constante et régulière.
   J’estime que l’État doit à chacun la liberté de son culte et de sa croyance, mais ne doit sa protection à aucune religion.
   Je suis partisan, en principe, de la séparation de l’Église et de l’État, mais si mes efforts doivent tendre à rendre cette réforme réalisable à brève échéance, je ne crois pas qu’elle soit possible dès à présent.
   Je voterai pour l’instruction obligatoire et laïque ;
   Pour une loi assurant la plus grande liberté aux associations ;
   Pour une loi distincte sur les congrégations arrêtant les progrès de la main-morte [biens des communautés].
   Je voterai pour la réforme de la magistrature avec suspension de l’inamovibilité ;
   Pour le scrutin de liste.
  Je voterai, sauf les garanties qu’il me semble utile de réserver aux carrières libérales, pour le projet de loi préparé par le dernier ministère, et rendant le service obligatoire pour tous, y compris les instituteurs et les élèves ecclésiastiques.

Pour que la Chambre puisse réaliser les réformes attendues impatiemment par le pays deux conditions sont nécessaires : l’union de la majorité et la stabilité ministérielle. Je serai toujours de ceux qui travailleront à assurer ce résultat si désirable, heureux de contribuer pour ma faible part au progrès démocratique dans le sein de la majorité constituée par les dernières élections ; également éloigné des hommes qui sont déjà lassés de réformes et de ceux qui, par leur violence ou par des projets chimériques, compromettent la cause qu’ils prétendent servir.

Godefroy CAVAIGNAC
Conseiller d’arrondissement
Maire de Flée

   Un des chevaux de bataille du député Cavaignac



Prix de vente public : 39,00 € TTC