Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Le pays de Mondoubleau
Le pays de Mondoubleau
Alain QUILLOUT

Bonne page 5

Les richesses de l'art


    Tout au long des siècles, on a ajouté, démoli, remplacé telle ou telle partie de la construction initiale par souci d'adaptation aux goûts de l'époque, parfois grâce à un don, mais plus souvent par nécessité, à la suite d'un incendie ou d'une tempête. Tel a été le cas de l'église de Mondoubleau dont la comparaison entre l'ancienne gravure et l'état actuel montre à quel point la bourgeoisie des maîtres-tanneurs a favorisé l'édification à la fin du XIXe siècle d'un clocher-porche néo-gothique de fière allure. La restauration intérieure allant de paire.

  Église Saint-denis de Mondoubleau

    Aujourd'hui, les vitraux très figuratifs sont passés de mode. Pourtant, il faut savoir que ceux du chœur de l'église Saint-Denis sont dus au talent de Claudius Lavergne (1817-1887). Cet élève d’Ingres, maître-verrier rue d'Assas à Paris, également inspecteur des Monuments Historiques pour Prosper Mérimée, sera notamment l'auteur de onze verrières pour la cathédrale de Genève.

 Vitraux de Lavergne  

   Arrêtons-nous à Saint-Marc-du-Cor dont le nom rappelle peut-être que ce village était situé en pleine forêt seigneuriale de Mondoubleau. Il existait autrefois une chapelle au lieu-dit Beaufeu. On peut voir au musée de Vendôme une très belle statue de sainte Catherine de Beaufeu sauvée par les fermiers du lieu lorsque le propriétaire fit démolir l'édifice pour en vendre les matériaux.

   L'église paroissiale possédait un vaste auvent. Beauvais de Saint-Paul en a pensé le plus grand mal parce qu' "il occupe toute la largeur de la façade de l'édifice, en masque désagréablement l'entrée et jette en même temps de l'ombre et de l'humidité dans le bas de la nef. Ne serait-il pas souhaitable qu'on fît disparaître cette construction gigantesque et coûteuse à entretenir et plus nuisible qu'utile" [ ?] Un vœu qui a été exaucé, mais le préau en question était-il une si grande anomalie ? Pas sûr si l'on veut bien considérer combien ces galeries frontales en charpente étaient utiles en cas de mauvais temps. Celles de Saint-Martin de Sargé, du Poislay ou du Plessis-Dorin témoignent d'un besoin répandu.

 

 


Saint-Martin de Sargé/Braye