Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


La "belle Dame" de Fréteval
Apparitions de la Vierge (5 mai-15 août 1873)
Jean-jacques LOISEL

Bonne page 1

 

Le témoin-clé


                                 Le Limougeaud Frédéric Romanet du Caillaud a joué un rôle majeur dans la conservation de la trace écrite des apparitions de Fréteval, mineur dans leur déroulement. En préambule, le jeune homme a clairement défini la nature de ce gros document manuscrit :

 

Copie du procès-verbal fait par les enfants de l’école des Sœurs (la ponctuation seule n’est pas la même, mais le style et l’orthographe ne sont pas changés).
   Les mots entre parenthèses ne font pas partie du procès-verbal primitif ; de même que les notes, ce sont le résultat des explications que M. Romanet du Caillaud a recueillies sur les lieux, soit des deux enfants, soit des témoins des scènes d’apparition, pendant son séjour à Fréteval du 31 juillet au 20 août 1873.
   [...] À la fin du document, Frédéric Romanet a cru utile de préciser : Les procès-verbaux précédents sont conformes à la copie que j’ai prise en août 1873 sur le cahier rédigé par Eugénie, la compagne d’école des deux voyantes.
   Le Caillaud, près Limoges, 1er septembre 1889.

   C’est donc seize ans après les apparitions que Frédéric Romanet, approchant de la quarantaine, a pris la décision de transmettre cette copie déposée depuis aux Archives diocésaines de Blois et tombée dans l’oubli. Le souvenir de cet épisode de sa jeunesse était assez fortement enraciné pour amener cet homme, depuis dix ans correspondant de l’Académie des Sciences, à prendre la plume pour sauver du néant des dizaines de pages de témoignages enfantins…
   Il ajoutait : Je fais suivre ces procès-verbaux d’extraits de lettres que j’ai écrites en août 1873 à ma mère, lors de mon séjour à Fréteval. Ces missives sont au nombre de dix-huit et précieuses pour l’historien à plusieurs titres :
. Elles apportent des éclairages sur les comportements et la personnalité des voyantes, des assistants.
. Elles livrent des informations sur le contexte et les réactions (favorables, hostiles, sceptiques, méfiantes) de l’environnement humain et des institutions.
. Elles témoignent de la sensibilité d’un jeune notable légitimiste devant une manifestation de la religion populaire. Leur fréquence s’explique par le lien très étroit qui unissait Frédéric Romanet à sa mère. C’est elle qui, dès l’âge de vingt ans, l’avait incité à rédiger son journal intime et l’avait ainsi habitué à se retrouver, après chaque journée, devant son écritoire et sa réflexion personnelle. [...]
   Le seul fait de les avoir jointes au procès-verbal manuscrit – seul ce dernier aurait pu être envoyé à l’évêché de Blois – indique, chez Frédéric Romanet, le souci de laisser un témoignage à valeur historique, aussi circonstancié que possible et ne dissimulant rien de son attitude personnelle à l’égard du phénomène.


Prix de vente public : 26,00 € TTC