Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


L’église de Saint-Ouen
André NEVEU

Bonne page

   L'ancienne église de Saint-Ouen [extrait]

   La première église de Saint-Ouen (...) fut donc construite le plus près possible de la grotte où avait habité pendant quelques jours le saint évêque de Rouen. Avant sa construction, antérieure au XIIe siècle, on pense qu'un petit oratoire était dédié au saint.

   Les premiers noms des prêtres desservant l'église datent, d'après le Dictionnaire de Saint-Venant, du XIVe siècle. Quand ce premier édifice fut démoli volontairement en 1868, on y trouva des fresques que l'on a pu dater du XIIe siècle. Gervais Launay fit rapidement un dessin aquarellé de l'une d'elles : elle représentait les trois Rois Mages. La fresque entière devait évoquer L'Adoration des Mages. Cette ancienne église contenait deux pierres tombales qui ont été encastrées dans les murs de la nouvelle église construite en 1868 et 1869. Elles sont aux noms de Jacques Nouri, décédé le 5 février 1581, et Thomas Garnier, en son vivant Secrétaire du Roy et seigneur de Villeporcher.

   Pour entrer dans cette église, on devait traverser le cimetière situé du côté sud, le long de l'église, comme cela était classique autrefois. Il fallait aller pratiquement jusqu'au rocher et entrer par la porte située sur la façade ouest de l'église. Un plan coloré, établi en 1866, permet de supposer que la toiture de la nef était en tuiles et celle du clocher en ardoises.

   Dans l'église se trouvaient à droite le clocher, à gauche un confessionnal et les fonts baptismaux. Ces derniers étaient en pierre et avaient été donnés par Thomas Garnier, qui y avait fait graver ses armoiries : De gueule à une cloche soutenue d'un croissant et accostée de deux épées, la pointe en haut, le tout d'or (...).


Prix de vente public : 10,00 € TTC