Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Lieux ronsardiens
Jean-Jacques LOISEL

Bonne page 2

L'église de Montrouveau


             Garde nos petits troupeaux,

          Laines entières et peaux,

          De la ronce dentelée,

        De tac* et de clavelée*, * maladies du mouton

        De morfonture* et de tous * catarrhe nasal

          Je te prie, écoute nous.


             Que toujours accompagnés

          Soient de mâtins rechignés,

          Le jour allant en pâture,

          Et la nuit en leur clôture,

          De peur de la dent des loups ;

          Je te prie, écoute nous.


             Si le loup de sang ardent

          Prend un mouton en sa dent,

          Quand du bois il sort en quête,

          Huant tout après la bête,

          Que soudain il soit recous* ; * sauvé

          Je te prie, écoute nous.

                 [« Hymne XII. À Monsieur S. Blaise »]



   Saint Blaise était le patron de la paroisse de Montrouveau, village campé en lisière de la forêt de Gâtines (le « bois » qui subsiste aujourd’hui est à portée de regard depuis le petit bourg). L’évêque de Sébaste (Arménie), victime des persécutions de Dioclétien, était le protecteur des cardeurs de laine (il avait été martyrisé avec des peignes de fer), des troupeaux aussi ; on l’invoquait encore pour la guérison des maux de gorge (il avait sauvé un enfant qu’une épine étouffait).

   L’église de Montrouveau, de modestes proportions, se compose d’une nef unique terminée par une abside demi-circulaire, le tout remontant très probablement au XIIe siècle. Comme beaucoup d’églises paroissiales, elle fut remaniée dans la seconde moitié du XVe siècle, s’enjolivant notamment d’un portail mouluré en arc brisé.

   Saint Blaise a sa statue en terre cuite, du XVIIe siècle, surmontant le maître-autel. L’évêque martyr porte une mitre ressemblant à un casque, ce qui renforce encore l’image du saint mettant hommes et bêtes à l’abri des fléaux. Une confrérie de saint Blaise a existé à Montrouveau jusqu’au XIXe siècle.

   En 1811 Marcé, petite commune voisine, fut rattachée à Montrouveau : de son église paroissiale, entièrement démolie, provient une vénérable statue de la Vierge, probablement du XVIe siècle. La paroisse de Marcé était littéralement cernée par la forêt : On prétendait qu’au XVIIIe siècle, l’église de Marcé manquant de porte, les loups arrivaient jusqu’à boire dans le bénitier ; ce qui paraît une légende destinée à faire comprendre quelle était la sauvagerie des lieux [R. de Saint-Venant, Dictionnaire du Vendômois].

   Des peintures murales, dont une représentation de sainte Barbe (avec sa tour), ont été dégagées récemment. Sainte Barbe était invoquée dans de nombreux villages contre les dégâts causés par les orages et la foudre ; comme saint Christophe, elle protégeait aussi de la mort subite.


Prix de vente public : 10,00 € TTC