Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Lieux ronsardiens
Jean-Jacques LOISEL

Bonne page 5

Manoir de la Bonaventure

   Saint Bonaventure 
   Le lieu est une position stratégique : proximité de la confluence du Boulon et du Loir, qui peut être franchi à gué (le Gué-du-Loir) ; carrefour routier… 
   La Bonaventure fut probablement la propriété des Cordeliers au XIVe siècle, ce qui expliquerait le toponyme, saint Bonaventure étant le patron de leur ordre. Né en Toscane en 1223, il fit ses premières armes spirituelles sous la houlette de saint François d’Assise. Devenu général de l’ordre des Frères mineurs, il reçut la pourpre cardinalice en 1272 et mourut deux ans plus tard. Il fut canonisé en 1482. Il avait fait à Vendôme plusieurs séjours, le dernier l’année même de sa mort. 
   Au XVe siècle, la Bonaventure serait passée à des mains laïques à la suite de la réforme de l’ordre des Franciscains, prônant le retour à une stricte observance de la pauvreté. 

   Au temps de Ronsard 

   

   En 1500 ce fief de Bonaventure appartenait à Théodore Le Gaynier, médecin de Louis XII. Puis il passa dans la famille de Salmet à partir de 1533 : d’abord Nicolas, chirurgien et valet de chambre de François Ier
 ; la tradition veut qu’il ait été au service d’Antoine de Bourbon et que de joyeuses agapes aient eu lieu à la Bonaventure (parfois en présence de Ronsard). Son fils Jean obtint en 1579 d’Henri de Navarre, duc de Vendôme l’autorisation de doter son manoir de fossés et pont-levis. 
   Marie Girard de Salmet succéda à son frère Jean ; elle avait épousé en premières noces Claude Musset et leur fils Guillaume fut l’époux de Cassandre de Peigné, dame de Pray (en qui certains voient une fille de Ronsard et de Cassandre Salviati…). La poésie avait déjà un pied dans la place…


Prix de vente public : 10,00 € TTC