Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Lieux ronsardiens
Jean-Jacques LOISEL

Bonne page 6

Vendôme et Ronsard

   La « maison de Ronsard » 
   Une tradition veut que Ronsard ait possédé à Vendôme une maison aujourd’hui disparue. Elle se trouvait dans l’emprise des terrains sur lesquels allait s’élever le collège des Oratoriens fondé en 1623 par César de Vendôme. À son emplacement présumé, une stèle fut inaugurée en 1924, lors des cérémonies du 400e anniversaire de la naissance du poète.

   Les « Trois Fontaines » 
   L’amour de Ronsard pour Cassandre ne se serait pas éteint après le mariage de celle-ci avec Jean de Peigné, seigneur de Pray (village du Vendômois). Et il se serait rallumé lorsque le couple vint habiter à Courtiras, à la limite nord de Vendôme :

            Tu varieras vers moi de fantaisie

          Puis qu’il te plaît (bien que tard) de vouloir

          Changer ton Loire au séjour de mon Loir,

          Voire y fonder ta demeure choisie.

          En ma faveur le Ciel te guide ici,

          Pour te montrer de plus près le souci

          Qui peint au vif de ses couleurs ma face.

   Cette demeure de Courtiras, aujourd’hui disparue, aurait été située au lieu-dit Les Fontaines, où existe encore une grange de cette époque.

   Le Lycée Ronsard 
   Vendôme s’honore depuis plusieurs siècles de son collège devenu lycée en 1848. Son élève le plus célèbre, à défaut d’avoir été le plus brillant, fut Honoré de Balzac. Cependant, lorsqu’en 1930 il fut question de donner un nom à l’établissement, le « gentilhomme vendômois » l’emporta de peu sur l’auteur de La Grande Bretêche



   Au début des années 1970, un nouveau lycée fut construit dans le quartier nord de la ville et conserva le nom Ronsard. L’ancien établissement fut transformé en hôtel de ville, organisé autour de la prestigieuse cour d’honneur. Les anciens terrains de sport et autres cours de récréation furent aménagés en « parc Ronsard », bel espace de flânerie au cœur de la ville.

   La mémoire de Ronsard
   La guerre de 1870-1871 fut un événement aussi traumatisant que bref pour Vendôme et la vallée du Loir. Elle eut aussi pour effet de retarder le projet d’érection d’une statue de Ronsard au centre de la ville. La réalisation en fut confiée au sculpteur vendômois Irvoy, ancien élève de Gervais Launay, professeur de dessin du lycée. La statue prit place dans le jardin de la bibliothèque-musée en 1872, dans le cadre des manifestations qui accompagnèrent la tenue à Vendôme du congrès archéologique de France.
   Le 28 janvier 1942, les Vendômois virent avec tristesse la statue du poète déposée de son socle, comme l’avait été, la veille, celle de Rochambeau. Ce dernier a retrouvé la place Saint-Martin en 1974. Le retour de Ronsard a eu lieu en mars 2012.



Prix de vente public : 10,00 € TTC