Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Moisy, un village de Petite Beauce
Les mémoires du retable
Etienne BEAUDOUX

Bonne page1. Le retable de Moisy

Un retable classé




   J’ai aujourd’hui retrouvé ma splendeur d’origine et mon teint de jeunesse (avec quand même quelques marques du temps).
   Je serais né en 1754 (l’année de naissance de Louis XVI) si on retient la date inscrite sur le panneau central qui supporte la toile, et qui fut remise au jour lors des travaux récents de restauration. Et peut-être au début du XVIIIe siècle à cause des motifs de lambrequins, des six chapiteaux ioniques à décor chargé (les classiques volutes), des ornements de la frise.
   Si on se réfère aux retables très surchargés de beaucoup d’églises espagnoles ou italiennes, je suis pourtant, paraît-il, remarquable par ma simplicité. Je suis constitué de l’emmarchement de l’autel, l’autel proprement dit, le tabernacle avec ses ailes et son gradin et un tableau peint. En bois peint avec des imitations de marbre (le « jaspé »), je suis orné de deux polychromies principales, à droite et à gauche de l’autel, encadrées chacune de deux pilastres.

   Au centre : l’autel dont le panneau avant (antependium basculant) comportait des éléments collés ayant disparu avec le temps et sans doute du fait de collectionneurs indélicats ! La porte du tabernacle est sculptée d’un « Bon Pasteur » et l’autel est surmonté d’une toile peinte. Cette toile qui était à l’origine rectangulaire, placée dans un cadre trop grand, les angles supérieurs ont été repliés pour s’adapter à un châssis à pans coupés. Peut-être que ce tableau n’est pas celui d’origine. [...]
   Les services départementaux et régionaux des monuments historiques m’avaient repéré lors d’un inventaire dans les églises de la région en 1978, et le 22 février 1979, je sortis heureusement de l’oubli par un arrêté qui me classait parmi les monuments historiques. Rendez-vous compte, je devins Monument Historique ! Pas Chambord, mais un peu.
   Rappelons qu’en France le classement comme monument historique est une servitude d’utilité publique visant à protéger un édifice remarquable de par son histoire ou son architecture. Cette reconnaissance d’intérêt public concerne plus spécifiquement l’art et l’histoire attachés au monument. [...]
   Il existe deux niveaux de classement : le classement comme monument historique et l’inscription simple (autrefois connue comme « inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques »). On dit d’un bien dans le premier cas qu’il est « classé » et dans le second cas qu’il est « inscrit ». [...] 
   Ceci entraîna des visites régulières d’une commission ad hoc des affaires culturelles de la région Centre et de Blois pour vérifier mon état de santé, qui en 2004 est déclaré fort dégradé par ces messieurs et dames officiels.



Prix de vente public : 24,00 € TTC