Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Gervais Launay. Journal d'un Vendômois
(août 1870 - décembre 1871)
Gervais LAUNAY

Rigueurs de l'occupation prussienne

Jeudi 12 janvier 1871

   Temps toujours très froid. Les prisonniers au nombre de deux mille annoncés la veille ne sont pas encore arrivés probablement en raison des neiges qui obstruent les routes.

   À 9h ½ à la Ville où nous préparons les brassards pour la ligne télégraphique de Blois.

   Visite au commandant de place réclamant un voyage à Blois pour se procurer du sel, du sucre, du café pour le service des ambulances. Il demande en même temps qu’il soit dressé un état détaillé des officiers prussiens et soldats idem blessés ou malades, des officiers et soldats français blessés ou malades. Cet état ne comprend que les maisons renfermant des officiers et soldats à titre de maisons particulières. Les ambulances sont exceptées de la mesure.

   À 1h arrivée de mille à douze cents prisonniers dont plusieurs mobiles de Loir-et-Cher1. Laissez-passer du commandant de place pour entrer à la prison et au quartier pour pourvoir à l’alimentation des prisonniers. Voisins très charitables apportant pain, vin, etc. Difficulté de procurer du pain à tous les soldats sans exception. Le commandant de place nous annonce l’arrivée de 6 000 prisonniers.


Vendredi 13 janvier 1871

   Temps très froid. La neige couvre toujours les rues. Départ des 1 200 prisonniers se dirigeant sur Blois avec une escorte très peu nombreuse qui permettrait facilement une évasion.

   À 9h ½ à la Ville où nous recevons toujours de nouvelles réquisitions de vin, cognac, café, papier, poivre, etc.

   À 1h, on apprend l’arrivée d’une colonne de prisonniers français s’élevant à 12 ou 1 500 et suivie de trois mitrailleuses prises aux environs du Mans. Le commandant de place qui assiste, dans le faubourg Chartrain, au défilé des prisonniers, interpellé par moi sur la difficulté de procurer de la nourriture à ces pauvres prisonniers, me dit qu’il va donner ordre de les faire partir immédiatement pour Blois, ce qui est exécuté avant qu’on puisse leur donner de la nourriture. Ils partent en laissant des mitrailleuses sur la place Saint-Martin exposées comme des trophées. On annonce l’arrivée d’une autre colonne pour ce soir ou pour demain. Dîné avec mon vétérinaire.

   À 7h à l’hôtel de ville et à 8h aux Quatre-Huys.

Rue des Quatre-Huyes

Samedi 14 janvier 1871

   Brouillard très intense ; on a peine à distinguer à quelques pas.

   Déjeuné avec mon officier malade qui me quitte pour Blois avec de grands remerciements.

   À 10h à l’hôtel de ville où les réquisitions vont toujours en augmentant. Ils demandent maintenant du vin en pièces, du charbon de terre, etc. Cette ambulance prussienne de la caserne va nous être très onéreuse.

   À midi arrivée de 1 005 prisonniers, retard d’une heure dans l’envoi du pain déposé à la ville. Comme les jours précédents les voisins s’empressent d’apporter à nos prisonniers tout ce dont ils peuvent disposer en pain, vin, soupe, etc.

   À 2h payement des ouvriers de la Société de secours mutuels, à 3h aux Quatre-Huys où je trouve installés un officier et deux ordonnances. À 4h à l’hôtel de ville, réclamations nombreuses des habitants par rapport aux logements militaires imposés par la ville. Mr Pousset2 maire de Blois allant au Mans vers le prince Frederick Charles pour obtenir la remise d’une imposition de 20 000 francs faite à sa ville pour le meurtre d’un Prussien.

   À 7h à la Ville, Mr Belot, puis Mr Moisson ; à 8h aux Quatre-Huys, lecture de journaux.

1 Ce convoi de prisonniers fit l’objet d’un grand tableau de Renouard, professeur de dessin et successeur de Launay au lycée de Vendôme. Cette œuvre, malheureusement disparue, n’est connue que par des cartes postales anciennes.

2 Sylvain, Louis, Baptiste Pousset dit Pousset-Péan (1826- ?) était directeur du Comptoir d’escompte de Loir-et-Cher. Maire de Blois de septembre 1870 à mai 1871, il fut arrêté comme otage par les Prussiens le 25 janvier 1871, interné à la citadelle de Mayence, et revint à Blois le 1er mars 1871 [Voir Le Conseil général…].







Prix de vente public : 27,00 € TTC