Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


César de Vendôme
Jean-Jacques RENAULT

Une relation amoureuse mouvementée

   Les circonstances de la rencontre de Gabrielle et Henri ont été relatées en détail par les biographes de l’un et de l’autre. Les deux amants ne tombèrent pas dans les bras l’un de l’autre à leur première entrevue. L’artisan involontaire de cette rencontre fut Bellegarde, grand écuyer du roi. Il fit la connaissance de la jeune fille lors d’une mission auprès de son père pour le compte du roi. Bellegarde avait une réputation de séducteur. Gabrielle, dont le cœur était pourtant déjà pris, tomba néanmoins amoureuse de lui. À son retour, celui-ci se vanta de sa conquête devant le roi, piquant sa curiosité et aiguisant son appétit de chasseur. Lorsqu’il retourna à Cœuvres, en novembre 1590, le roi l’accompagna, bien décidé à juger par lui-même de la beauté de Gabrielle. Celle-ci le reçut avec respect mais garda ses distances. Henri fut, quant à lui, impressionné par la pureté de ses traits et, sans affirmer qu’il en devint amoureux sur le champ, il décida de la revoir.

                                        Gabrielle d'Estrées


   Il demanda à Bellegarde de lui laisser le champ libre. Le grand écuyer, qui n’avait guère le choix, s’effaça. La conquête de Gabrielle fut une autre affaire. À Compiègne, où eut lieu une nouvelle rencontre, elle se mit en colère contre le roi, l’éconduisit et quitta précipitamment la cour pour se retirer à Cœuvres. À plusieurs reprises encore, elle lui réserva un mauvais accueil et se déroba. Beaucoup de traits qui séparaient Gabrielle et Henri peuvent expliquer sa froideur : elle avait environ dix-sept ans, il en avait trente-sept ; elle était très belle, il était mal soigné et repoussant ; elle rêvait d’un grand amour et d’un beau mariage, il comptait simplement l’ajouter à son tableau de chasse. Les premières réactions de Gabrielle aux assiduités royales montrent qu’elle n’était pas intéressée par les avantages liés au statut de maîtresse royale ou bien qu’elle n’en était pas consciente.


                                                Henri IV en 1594    



Prix de vente public : 29,00 € TTC