Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


César de Vendôme
Jean-Jacques RENAULT

La légitimation de César

   La légitimation conférait en effet un père à l’enfant, qui désormais avait donc des origines officielles et bien établies. Mieux, l’acte valait tous les actes de naissance qu’on puisse imaginer : peu de sujets du roi jouissaient d’un tel privilège. L’absence d’enregistrement à la paroisse de Coucy était réparée. César d’Estrées changeait à nouveau de patronyme, mais ce ne serait pas encore le dernier. Les lettres étaient muettes à ce sujet, mais on peut déduire de ce silence qu’il prenait à partir du 3 février le nom de Bourbon. César de Bourbon existait bel et bien en tant qu’individu défini dans la société.


                  César de Vendôme, âgé de deux ans


   La mention de son appartenance à cette déjà illustre maison apparaissait d’ailleurs en filigrane dans le texte − la maison dont il est issu. César recevait donc l’honneur et la dignité des Bourbon en partage. Sa légitimation établissait officiellement ses liens de sang avec ce lignage et complétait son arbre généalogique en le peuplant d’ancêtres célèbres. Il s’inscrivait désormais dans ce réseau de solidarité que constituaient tous les Bourbon vivants. Mieux, les lettres lui garantissaient qu’il allait recevoir les moyens de porter dignement ce nom. Bien plus qu’une appartenance à l’ordre de la noblesse, cette nouvelle naissance lui procurait l’assurance qu’il serait membre d’un clan familial puissant susceptible de l’aider à faire sa place parmi les courtisans et survivre aux luttes intestines dont la cour était sans cesse traversée. La seule restriction découlait de l’illégitimité de l’union à laquelle il devait sa naissance. Cette marque le rendait tributaire de son père pour recevoir les moyens de s’établir quand les autres jeunes nobles les recevaient automatiquement en raison des droits liés à leur rang de naissance.

   Dans le même temps, les lettres esquissaient pour César un début de classement dans les rangs de la noblesse. L’appellation Monsieur était en effet réservée au frère du roi.

     Lettre écrite par César de Vendôme à l'âge de huit ans

                     et signée "César légitimé de France"


 


Prix de vente public : 29,00 € TTC