Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


César de Vendôme
Jean-Jacques RENAULT

Blavet, épisode annonciateur (1625)

   L’épisode de 1625 auquel le duc de Vendôme fut confronté prit naissance à l’automne 1624. La grande place protestante de La Rochelle vivait très mal la présence à sa porte du fort Louis, à la tête duquel le roi venait de nommer Toiras, l’un de ses proches qui s’était illustré en Languedoc. La charge de gouverneur qu’il avait reçue faisait craindre un blocus maritime, crainte renforcée par le fait que le démantèlement prévu du fort n’avait pas commencé. Le rassemblement dans le port de Blavet, en Bretagne, de navires appartenant à Nevers mais au service de la foi catholique et sous l’autorité du roi, achevait d’entretenir les doutes protestants. Le duc de Soubise alla retrouver son frère Rohan en Languedoc et lui proposa d’organiser une opération navale pour s’emparer des vaisseaux stationnés à Blavet et prendre le contrôle du port. Une telle opération n’avait rien de compliqué à mener : la garnison du fort défendant l’entrée du havre ne comptait qu’une poignée de gardes et le roi n’avait pas d’autre vaisseau à envoyer pour défendre la flottille amarrée à Blavet. Un coup de main par surprise avait toutes les chances de réussir. En prenant le contrôle de Blavet, les protestants ôteraient toute possibilité au roi d’attaquer La Rochelle ou d’en faire le blocus.

                                 Vaisseaux du XVIIe siècle


   La canonnade dura la journée. Soubise avait désormais le choix entre subir les boulets ou tenter une sortie en force malgré le barrage de chaînes. Sans attendre la marée et un vent plus favorable, il opta pour la seconde solution et se hasarda à sortir du havre sous le feu croisé des forts de Larmor et de Blavet. Selon le Récit véritable… le plus beau des vaisseaux, le Saint-Michel, fut coulé dans le passage avec tous ses occupants, à l’entrée de la nuit. Le Saint-François et le Vif-Amiral s’échouèrent du côté du fort de Blavet, deux autres bateaux firent de même, du côté de Larmor, suivis de cinq autres au milieu du havre. Le lendemain, le duc fit pilonner les deux vaisseaux échoués près du fort de Blavet, qui refusaient de se rendre et opposaient une résistance opiniâtre. Un homme du Saint-François parvint même à empêcher les hommes du duc de Vendôme de mettre le feu au bateau. Le duc, de son côté, en fit capturer un autre qui tentait, en chaloupe, de rejoindre Soubise, resté au large avec ceux des vaisseaux qui avaient franchi la passe. Ceux échoués, désormais sans espoir de secours, se rendirent et Soubise, entendant cesser la canonnade, s’éloigna vers l’île de Ré.

                          César de Vendôme vers 1625


   Ce dénouement n’avait fait ni vainqueur ni vaincu. Chaque camp pouvait revendiquer le succès. Soubise avait capturé les vaisseaux du roi et ceux qu’il n’avait pas réussi à ramener étaient inutilisables pour un temps. Le duc de Vendôme avait, quant à lui, sauvé la face en reprenant la ville et expulsé les ennemis du havre.

 


Prix de vente public : 29,00 € TTC