Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


César de Vendôme
Jean-Jacques RENAULT

Le duc en prison à Vincennes (1626-1630)

   Le duc succédait dans les lieux au colonel d’Ornano, qui venait d’y mourir le 2 septembre. Sa mort avait été jugée suspecte par les adversaires du cardinal au point qu’on le soupçonna de l’avoir fait empoisonner. Le climat de la forteresse était cependant assez malsain pour qu’on y meure de mort naturelle et les exemples ne manquaient pas. Dans ces lieux, il succédait aussi au prince de Condé, lequel y avait passé plus de trois ans. Sa femme avait d’ailleurs partagé sa captivité et sa fille y était née. La détention du duc n’avait cependant rien de commun avec celle qu’il avait connu en 1614, au Louvre. La duchesse, cette fois, ne partageait pas son sort. Les visites des proches n’étaient pas autorisées et lorsqu’il demanda à voir sa femme et ses enfants on lui répondit qu’il fallait en finir avec le principal (les aveux) avant d’en venir à l’accessoire. Toute sortie lui était interdite, même pour prendre l’air sur la plate-forme du donjon. Comme il avait été séparé de son frère à Amboise, on peut penser qu’il l’était encore à Vincennes. Les conditions de sa détention étaient rigoureuses : il n’avait pas de domestique ; peut-être continuait-il à recevoir des livres comme à Amboise.


                        Le château et le donjon de Vincennes


   Le récit de sa sortie de Vincennes est rapporté par un auteur, publié en 1807 sans citer la source des informations : le lundi 30 décembre 1630, le marquis de Brézé, l’un des capitaines des gardes du roi, reçut l’ordre d’aller faire sortir du donjon le duc de Vendôme. A l’instant le marquis monta en carrosse, accompagné de l’évêque de Nantes et ils se rendirent à Vincennes. Le marquis de Brézé […] monta à la chambre où était le duc, dans la compagnie des princes ses enfants, et de plusieurs gentilshommes. Ils descendirent aussitôt. Parvenus dans la cour, l’évêque de Nantes mena le duc de Vendôme dans la Sainte-Chapelle, pour rendre grâces à Dieu d’avoir enfin brisé ses fers. Sa prière étant achevée, ils montèrent tous ensemble dans le carrosse […] et partirent accompagnés d’environ trente gentilshommes à cheval. En sortant de Vincennes, le duc ne fit aucun présent aux soldats qui l’avaient gardé dans sa chambre, ni à ceux qui étaient de service dans la cour et à la porte du donjon, ce qui fut remarqué. Selon Brienne, le duc renonçait définitivement à toute prétention sur la Bretagne, perdait le gouvernement de la province, mais conservait néanmoins le titre de gouverneur, à des fins honorifiques, et tous ses autres titres.

 


Prix de vente public : 29,00 € TTC