Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


César de Vendôme
Jean-Jacques RENAULT

En exil

   Hollande (1631)…

   Arrivés en Hollande, le père et le fils furent accueillis à La Haye comme des princes éminents. Les états délibérèrent le 14 mars 1631 sur la réception à donner pour leur arrivée. Il fut décidé qu’une délégation des états irait saluer le duc à son arrivée et qu’il serait logé au château de Ryswick où siégeaient les états. Ce château, de belles dimensions, était alors situé en dehors de La Haye et entouré d’un grand parc boisé. Des consignes furent données pour que le duc ne manque ni de meubles ni de vaisselle. Le jour de son arrivée, un festin fut donné en son honneur d’un coût de 845 florins. Toutes ces mesures étaient prises en considération des origines du duc sans doute – il était fils du grand roi Henri IV – mais aussi avec une arrière-pensée. Les états rechignaient à accorder des subsides au stathouder pour financer l’effort de guerre. Ils avaient donc intérêt à bien traiter un prince, dont le roi son frère était susceptible de leur fournir une aide militaire et financière. [...]

 

   Londres (1642)

   [...] Lorsque le duc était arrivé à Londres, la duchesse de Chevreuse venait de quitter l’Angleterre pour échapper à son mari, qu’elle suspectait de vouloir la ramener en France. Elle avait abandonné le sol anglais le 5 mai 1640, laissant derrière elle un parti d’opposants au cardinal qu’elle avait animé durant son séjour. Ayant contribué à faire venir d’Épernon à Londres, on peut se demander si ce n’est pas elle qui avait soufflé cette destination au duc de Vendôme lorsque la question de sa fuite s’était posée. En tout état de cause, en choisissant Londres, le duc confortait les soupçons sur son implication dans les conspirations pour chasser ou abattre le cardinal, à l’initiative de la duchesse de Chevreuse, de Gaston d’Orléans ou du comte de Soissons. En débarquant, le duc pouvait poursuivre, avec les mêmes alliés, l’action qu’il avait menée en France. Il avait d’ailleurs retrouvé des arrivants de fraîche date, comme Montrésor.

                               François, duc de Beaufort


   Il n’allait pas tarder à être rejoint par son propre fils, Beaufort.

 


Prix de vente public : 29,00 € TTC