Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


César de Vendôme
Jean-Jacques RENAULT

La fin du duc (1665)



                                    César de Vendôme âgé


   Le dernier séjour qu’il fit en Vendômois dont on trouve la trace se situa en 1664. Marie Dubois, valet de chambre du roi, le rencontra une première fois dans sa maison, à Montoire, le 7 juillet. Il y repassa début août mais le duc étant parti à la chasse dans la forêt de Gâtines proche, il ne le vit pas. Il le rencontra une seconde fois, après le 13 août, toujours à Montoire où le duc le reçut fort bien. Il y demeura au moins jusqu’au 19 août, date à laquelle il écrivit une lettre à M. de Vertamon Villemenon, conseiller du Roi, à propos du rachat de son duché de Penthièvre qui le souciait. En septembre, il avait regagné son château de Vendôme d’où, le 23 septembre, il adressa une seconde lettre au même sur le même sujet.


                     Françoise de Lorraine, en habit de veuve


   Le jour suivant, 15 novembre, on atteignit l’entrée de Vendôme. Le convoi s’arrêta à la Maladrerie, où eut lieu une cérémonie de prise en charge du défunt par les autorités du duché (clergé, noblesse et justice). Des discours furent prononcés et quatre nobles vendômois prirent position autour du chariot funèbre : le baron de Poncé, le châtelain de la Chesnière, le baron de Vautourneux et le châtelain de la Ferrière.

   Un nouveau cortège se forma alors, pour les ultimes étapes à l’intérieur de la ville : venaient cent pauvres en robe grise, avec une torche blanche aux armoiries du duc, les Capucins, les Cordeliers, les curés du duché, le chapitre et les Bénédictins de l’abbaye de la Trinité, les officiers de la maison du duc, les pages, les valets de pied, l’écuyer, le capitaine de gardes, le gouverneur du Vendômois avec cent gentilshommes en deuil, le bailli, la justice, les avocats et les élus, tous à cheval. Le convoi pénétra en ville par la porte Saint-Michel, les bourgeois formant une haie d’honneur, les armes à terre, en tenue de deuil, jusqu’au château, dont toute l’église était tendue de noir avec les armoiries du duc. Le corps fut déposé dans le chœur de l’église collégiale.


Prix de vente public : 29,00 € TTC