Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Les Musset
Vendômois, Blésois, Dunois
Gérard et Catherine ERMISSE

Charles Ier de Musset-Bonaventure

   Au sein du contingent français, Charles de Musset, sert en qualité de « premier capitaine au Régiment de Feuquières » : c’est le régiment de son frère François et des beaux-frères de celui-ci, Feuquières et Isaac Arnauld. Le jeune Charles, seigneur de la Bonaventure, ne combat donc pas seul mais entouré d’amis, de parents et de connaissances. Il occupe la charge importante de premier capitaine. Comme son frère François, il est réputé pour sa bravoure : il est le tout premier des Capitaines Bonnaventure dont la réputation de bravoure est bien affirmée durant les xviie et xviiie siècles. En son temps, mourir pour le roi, est un sort estimable, enviable même, en quelque sorte le stade ultime de la gloire nobiliaire. La crainte de la mort n’encombre pas nos officiers qui, à la tête de leurs troupes, montent à l’assaut des forts espagnols et les prennent quasiment à mains nues. Vauban n’avait pas encore permis à la poliorcétique d’économiser la vie des soldats par de profondes et larges tranchées les protégeant des tirs ennemis.



   Tout se jouait pour Charles, François de Musset et leurs amis, à la pointe de l’épée, de la lance, tout reposait sur l’habileté du tireur au mousquet ou à l’arquebuse. On le verra avec le troisième Musset de cette génération mort à la guerre dans l’armée du Grand Condé, sacrifié par son chef sur l’autel d’une vaine gloire. Déjà en ce début du règne de Louis XIV, des critiques commencent à se faire jour sur l’inutilité de la « gloire » ainsi conquise et la dérision des valeurs nobiliaires, nourries de références historiques et symboliques.



   Charles trouve donc la gloire au service du Roi par sa mort au combat survenue en Valteline en 1625, dans des circonstances, à une date et dans un lieu qui ne nous sont, hélas, pas connus. Sa seule récompense post mortem : une pension que le roi attribue à son fils Charles II le 6 mars 1626, en reconnaissance des bons et agréables services qui lui avaient été rendus par le feu Sr de la Bonaventure, son père, Capitaine d'une compagnie au régiment de Feuquières, mort dans la Valteline, servant à la dite charge.

 


Prix de vente public : 29,00 € TTC