Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Les Musset
Vendômois, Blésois, Dunois
Gérard et Catherine ERMISSE

Des demoiselles sans fortune

   Après avoir produit les preuves de leur noblesse sur quatre degrés paternels, plusieurs « petites Musset » sont admises à Saint-Cyr entre 1693 et 1760. Elles quittent leur famille entre 7 et 12 ans pour entrer dans la première division, portent un ruban de couleur pour les distinguer des autres divisions, et ce bel habit dont Louis XIV lui-même avait dessiné le bonnet, dit-on.


                                     La Maison royale de Saint-Cyr

   Cette école était une chance pour ces jeunes vendômoises peu argentées, qui pouvaient ainsi acquérir une bonne éducation et s’établir dans la vie. Quatre petites Musset, au moins, ont fréquenté l’École royale de Saint-Cyr avant la Révolution.

   Marie-Madeleine, à l’aube du xviiie siècle, inaugure la lignée :

   Née à la Bonaventure le 30 mars 1693 et baptisée à l’église de Mazangé, elle est la dernière fille de Charles III, sœur de Charles Antoine et du Capitaine Bonnaventure. Elle est reçue à la Maison royale de Saint-Cyr par brevet du roi Louis XIV du 30 juillet 1701 ; les preuves de sa noblesse indispensables pour être admise à Saint-Cyr, ont été reçues par le juge d’armes de France, d’Hozier.



   Très aimée de Madame de Maintenon, qui, dans sa correspondance, l’appelle sa petite Bonnaventure, elle meurt à Saint-Cyr à l’âge de douze ans, en 1705, victime sans doute de l’insalubrité des marécages voisins.

 


Prix de vente public : 29,00 € TTC