Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Antoine Yvon-Villarceau
Un savant dans l'ombre des étoiles
Pierre MORALI

Le méridien de Paris

   L'attraction locale est un phénomène qui tend à fausser la verticale d’un lieu. En effet, la verticale d’un fil à plomb est moins verticale à coté d’une montagne qu’en mer. De ce fait, la dimension de l’angle défini n’est pas juste. Ainsi, une petite erreur dans le calcul de l'angle initial a de grands effets sur la projection finale. Yvon-Villarceau, confrère d’Arago et Biot reprit les études et chercha à optimiser les calculs pour la détermination juste du méridien. Mais son esprit curieux et inventif le mena plus loin. Émile Blanchard, président de l'Académie pour l'année 1883, l’explique dans son allocution :

   Messieurs,       L'année finissait ; nous pouvions croire qu'elle arriverait à son terme, sans nouveau deuil. Il n'en était rien. Le 23 décembre s'éteignait à son tour M. Yvon-Villarceau. Épris, dans sa première jeunesse, d'art et de poésie, il avait rêvé le bonheur universel. Bientôt, jeté dans les voies de la Science, il se distingua tout d'abord par des travaux de Mécanique. Astronome, il fut l'observateur exact, le calculateur plein de talent dans l'étude des étoiles doubles et des comètes périodiques. Géodésiste, il s'est signalé par des déterminations rigoureuses de la longitude et de la latitude de divers points du sol de la France. […]

 

         Jeton "Arago"                         "Pilier de Gougens"

   La ville de Carcassonne où se trouve le « pilier de Gougens » garde trace du passage d’Yvon-Villarceau : Un autre épisode de l'histoire carcassonnaise est lié à la situation de notre ville par rapport à Paris. En 1864, l'astronome Yvon-Villarceau, sur l'ordre de Le Verrier, qui avait entrepris la complète révision des mouvements planétaires, s'installe sur le coteau de Grazailles, d'où il peut voir plusieurs stations géodésiques du département. Il met en place le « pilier » de Gougens, monolithe de 75cm de haut, placé sur un socle de 50cm et prolongé par une colonne en briques de 3m.

   Cette dernière a disparu en 1939, mais le socle, toujours en place près de l'école Marcellin Berthelot, porte sur ses quatre faces diverses inscriptions, en particulier la longitude et la latitude de la tour de Saint-Vincent que Villarceau avait quelque peu rectifiées. […]

 


Prix de vente public : 24,00 € TTC