Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Antoine Yvon-Villarceau
Un savant dans l'ombre des étoiles
Pierre MORALI

L'Île Campbell

Le transit de Vénus devant le Soleil est un moment rare et d’une importance capitale. Il est nécessaire de préparer son observation. Pour ce faire, une commission du passage de Vénus de l'Académie des sciences (France) fut créée. Elle avait pour objectif d'étudier les observations faites pendant les transits de Vénus devant le Soleil en 1874 et 1882 et de planifier et superviser expéditions françaises. Les travaux de cette commission, initialement mise en place en 1869, furent interrompus par la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Elle fut prolixe en documents : notes, articles, budgets, correspondance avec les astronomes étrangers, le gouvernement français et les scientifiques en charge des expéditions, tout est archivé. Les sujets traités comprennent l'astronomie d'observation, la mécanique céleste, la spectroscopie, la photographie, la météorologie, etc. Les scientifiques concernés étaient : Airy, André, Angot, Bouquet de la Grye, Delaunay, Dumas, Faye, Fizeau, Fleuriais, Hatt, Janssen, Jurien de la Gravière, Milne-Edwards, Mouchez, Puiseux, Rayet, Tisserand, Wolf, et Yvon-Villarceau. […]

 

La mise en place de ces missions scientifiques fut décidée par l’Assemblée nationale le 26 juillet 1872. Une loi permit d'ouvrir, sur l’exercice 1873, un crédit spécialement affecté à la détermination de la parallaxe du Soleil. L’Académie des sciences créa, sous la présidence de Dumas, secrétaire perpétuel, une commission chargée de préparer toutes les opérations relatives à l’observation du passage de Vénus devant le disque solaire. Celle-ci décida qu’il y aurait quatre stations françaises : deux boréales, à Yokohama et à Pékin ; deux australes, sur les îles Saint-Paul et Campbell. Si l'envoi du régulateur isochrone n'a pas laissé de trace d'Yvon-Villarceau sur l’île japonaise, il en existe à Campbell, à 700 kilomètres au sud de la Nouvelle Zélande. […]


                                                    "La Vire"

La toponymie de cette île nous livre le Mont Paris, Faye et le pic Yvon-Villarceau. Notre savant s’est-il rendu sur cette île du bout du monde ? Nous pouvons répondre que non, mais les noms des quelques points remarquables ont été donnés par le gouvernement néo-zélandais en hommage aux astronomes du Bureau des longitudes ayant œuvré pour l’accomplissement de la mission d’observation du transit de Vénus de 1874. […]


                                  L'installation de l'Île Campbell

 


Prix de vente public : 24,00 € TTC