Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Lisle en Vendômois
Pages d'histoire
Michel de SACHY

Sur un chemin de Compostelle

   Les pèlerins de Saint-Jacques
   La communne de Lisle a donné le nom de Saint-Jacques de Compostelle à une de ses rues, en souvenir d'un des chemins de Compostelle qui passait et passe toujours à Lisle. L'église du village est sous le vocable de saint Jacques le Majeur, fils de Zébédée et de Marie Salomé, l'un des douze apôtres de Jésus-Christ et leur premier martyr. Des textes apocryphes ont accrédité la venue de saint Jacques en Espagne. Ai IXe siècle, un corps découvert et attribué au saint fut transporté à Compostelle où les pèlerins ne cessent d'affluer depuis des siècles, témoins encore le 31 mai 2013 à 9 heures, quatre cyclistes pèlerins en route vers Compostelle et traversant le village de Lisle. Un couple de pèlerins avec ses deux fils envoie ses voeux chaque année depuis longtemps, en souvenir de l'accueil reçu à Lisle. Un groupe est passé en 2014 et a fait l'objet d'un accueil  retracé par la presse. De nombreux pèlerins passent encore à Lisle où ils sont parfois hébergés et nous envoient ensuite des messages très chaleureux. En 2015, 76 pèlerins se sont inscrits sur la feuille de passage.

   L'hôtel-Dieu de Lisle
  Il existait à Lisle, une maladrerie, hôtel-Dieu ou Maison-Dieu, située à l'entrée du village, à droite en venant de Vendôme et dont on voit l'emplacement sur le plan de 1841 ; elle était destinée à donner l'hospitalité temporaire aux pèlerins, en vérifiant qu'ils n'étaient pas contagieux. Selon la déclaration faite le 15 mai 1557 par Jean Le Royer, chapelain, la maison dud. hostel avec les jardins et estraiges [cours, enclos] contenant trois boisselées ou environ, joignant au grand chemin tendant de Vendosme à Paris, une boisselée et demye ou environ scituée aud. lieu abboutant aux fossez de Lisle et d'autre aud. chemin de Paris. Il s'y ajoutait des terres éparses, une rente sur une maison et jardin, toutes lesd. choses tenues du cardinal de Vendosme à cause de sa chastellenie de Lisle [...] Chargées lesd. choses fournir et entretenir une chambre garnie de deux lits pour loger les pellerins passant par led. lieu de Lisle.
   En 1679, on disait que l'hospitalité ne s'y exerce plus qu'en figure. Ses biens étaient alors affermés 150 livres, les prés dits des Ponts Neufs. Par arrêt du Conseil d'État du 4 mai 1697, la maladrerie de Lisle fut réunie à l'hospice de Vendôme.