Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Lisle en Vendômois
Pages d'histoire
Michel de SACHY

Deuxième Guerre mondiale

   Lisle sous les bombardements
   Le 11 juin 1944, vers 20 heures, Raymond Anger et sa femme virent un avion anglais volant à basse altitude qui détacha de son fuselage une bombe destinée au viaduc ; mais elle tomba au bas du talus, endommageant leurs bâtiments quelques instants plus tard, une deuxième bombe était lâchée sur le petit viaduc, près de l'église. Ceci conduisit plusieurs familles de Lisle à déménager et recevoir l'hospitalité des habitants des Hauts-de-Lisle. La route nationale était désertée, faute d'essence, mais aussi en raison des mitraillages des voitures allemandes par les Anglais.
   Le 17 juin 1944, un avion de chasse "Mustang" s'écrasa en limite de Lisle, La Ville-aux-Clercs et Rahart. Le pilote, seul à bord, sauta en parachute au dernier moment et se cacha certainement dans les bois de l'Épau pour gagner Vendôme où il fut fait prisonnier. Deux volets d'ailes de cet avion ont été récupérés et sont toujours au château de l'Épau, attirant des historiens et chercheurs passionnés ; ils ont été récemment exposés à Blois.
   Le 2 août 1944, une escadrille de forteresses volantes, à très haute altitude, déversa sur le village 117 bombes, à vrai dire éparpillées et dont les impacts ont été repérés par Patrick Lahoreau, sans détruire le viaduc pourtant visé. Les dernières maisons en direction de Pezou furent détruites. Les fouilles, dans l'enchevêtrement de murs écroulés et de ferrailles tordues, permirent de retrouver les corps de quatre habitants de Lisle : Arthur et Léa Lhommelet, aides de culture ; Angélique Rivière, cultivatrice, ensevelie plus profondément car elle était réfugiée dans sa cave, son mari étant absent à ce moment. On devait retrouver ensuite Odette Chevallier, née Clément, gantière, mortellement atteinte d'un éclat de bombe alors qu'elle revenait du lavoir. Le docteur Calvet, de Pezou, accourut en moto et ne put que constater les décès.


                           Le viaduc de Lisle, cible des bombardements


Prix de vente public : 22,00 € TTC