Le livre, la culture, l'histoire
0 article dans le panier
Commander
   

Accueil
Présentation
Agenda
Dossiers
Publications
Souscriptions
Contact
Newsletter


Lisle en Vendômois
Pages d'histoire
Michel de SACHY

Le "miraculé" de Lisle

   À Lisle, les pèlerins ne vont pas tous à Compostelle...
   À l'Usage [lieu-dit], le "miraculé" constitua une affaire civile et pénale qui fit beaucoup de bruit à Lisle et dans la presse des années 1960. Edmond Gaultier, éleveurs de bovins, avait acquis plusieurs maisons, dont la ferme d'Irma Plessis et construisit une nouvelle maison. Il prétendit être atteint d'une maladie incurable en raison d'un accident du travail. Il obtint des certificats médicaux et reçut une pension d'invalidité. On le voyait près de chez lui dans un fauteuil roulant. Ne voulant pas rester dans cet état, sa femme, née Réjane Rivière, l'emmena, le 6 octobre 1960, à Lourdes où il fut immédiatement guéri. Son dossier fut soumis à des experts médicaux patentés. Dans une lettre du 21 mai 1962, l'évêque de Tarbes et de Lourdes écrivait à Mme Gaultier : Je rentre à l'instant de Paris où se tenait la réunion du Comité Médical International de Lourdes.
   Les membres éminents de ce Comité ont entendu puis étudié le rapport présenté par un professeur de la Faculté de Médecine sur le cas de guérison de Monsieur Gaultier.
   Je m'empresse de vous annoncer, avec beaucoup de joie, que ces messieurs ont reconnu la guérison médicalement et scientifiquement inexplicable et approuvé que la cause soit remise à l'autorité ecclésiastique.
   C'est un grand pas, un pas essentiel vers la proclamation du miracle. Il appartiendra à Monseigneur l'Évêque de Blois de prendre l'affaire en main. Je vais bien vite l'informer. [...]


                            Lettre de l'évêque de Tarbes à Mme Gaultier

   La presse s'empara de l'affaire et, le 9 juin 1962, Paris-Match publia un grand article sur ce "miracle". L'auteur, Robert Collin, après avoir longuement décrit l'odyssée du voyage de Lourdes dans la "Simca" familiale, l'épouse au volant, le mari inerte et inconscient, évoque une rencontre étonnante sur place, celle du docteur Richard, du Gué-du-Loir, qui accompagnait une malade. Vint le moment crucial :

   Le docteur Richard, du Gué-du-Loir, priait près du Rocher pour sa malade désespérée qu'il avait amenée : Mlle Couppin, qui se tenait encore debout, forte de son sacrifice suprême, ayant offert sa vie pour sauver celle de ce Gaultier, qui avait tant de choses à faire dans ce monde. Elle avait soixante-deux ans, lui quarante-cinq.
   Soudain, Mlle Couppin reconnaît Réjane. Elle s'écrie : Votre mari remue les yeux et les lèvres !" Le docteur Richard accourt. Aidé d'un brancardier, il soutient Edmond Gaultier qui grogne :
   "J' vas bien y aller tout seul. Qu'est-ce qui m'arrive ? Est-ce que je suis ddans une église ?"
   Une heure après, Gaultier arrive, à pied, à l'Hôtel de l'Esplanade. La servante crie : "Voilà le mort d'à midi qui marche !"


                                     Extrait de l'article de "Paris-Match"

   Mgr Théas écrivit à l'évêque de Blois, à qui il appartenait de reconnaître la guérison miraculeuse : dûment informé du contexte local, il ne la reconnut pas.


Prix de vente public : 22,00 € TTC